@ECOLOGIEI

@ECOLOGIEI
2008 création du Blog, From Paris, France : 2006 création du HUB (VIADEO) *21ème Siècle-'ECOLOGIE & INNOVATION': DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIe siècle!2.0* Think Tank International : + de 3000 membres. *Morgane BRAVO Avocat de formation, études & expérience Diplomatique, Sciences Politiques... « Euroblogeur »...2002 en France : Candidate (titulaire) aux élections Législatives, dans la 14ème Circonscription de Paris. 16e arrondissement (Sud). Fondatrice *Morgane BRAVO, from Paris, France. She's graduate Lawyer and have a Master’s degree in Diplomacy & Political Science...Diplomatic experience.

dimanche 30 mai 2010

*Protesters: 'BP, your heart is black’...*



Bien à vous,

Morgane BRAVO

*How peat moss sops up oil...*





Bien à vous,

Morgane BRAVO

*The possible cost of the oil spill...*





Bien à vous,

Morgane BRAVO

*BP to use a custom-made cap...*



Bien à vous,

Morgane BRAVO

*BP to 'move on' after failed 'top kill’ attempts...*


***BP will "move on to the next option" after several attempts to stuff solid material and pump mud into a breached Gulf of Mexico oil well failed to stop the flow, according to a BP spokesman.

Meanwhile, rescuers plan to release a group of birds Sunday that workers washed and rehabilitated after finding them covered with crude, officials said. A northern gannet and brown pelicans rescued in Louisiana will be transported to a refuge at the mouth of Tampa Bay, Florida, and released Sunday, a statement from the oil spill cleanup command said.

But officials say more wildlife are at risk as up to 19,000 barrels (798,000 gallons) of oil daily continue gushing from an underwater well that engineers have been unable to cap for more than a month.

Top BP executives said Saturday that engineers and scientists had decided to try a new technique of stopping the flow after three attempts to pump mud and 16 tries to stuff solid material into the well failed.

That option: placing a custom-built cap to fit over the "lower marine riser package," BP chief operation officer Doug Suttles said. BP crews were already at work Saturday to ready the materials for that method, he said.
"We have not been able to stop the flow," a somber Suttles told reporters. "Repeated pumping, we don't believe, will achieve success, so we will move on to the next option. »

Suttles and other officials said that the "top kill" attempt to stop the flow did so -- but only as long as they were pumping. When the pumping stopped, the oil resumed its escape.
Suttles said the lower marine riser package cap, which will be ready in four to seven days, "should be able to capture most of the oil" that has fed what is now the largest oil spill in U.S. history. But, he cautioned, the new cap will not provide a "tight mechanical seal. »

"We're confident the job will work, but obviously we cannot guarantee success at this time," he said.
Coast Guard Rear Adm. Mary Landry said that BP would resume using undersea dispersants for the new attempt to trap the oil.
Landry said officials were disappointed by Saturday's announcement, but noted that the immediate efforts to stop the flow were never intended to be permanent.

"The real solution, the end state, is a relief well," she said.

BP currently is working on two relief wells, but they are not expected to be ready until August, Suttles said.
Earlier, Suttles said that BP engineers would try to place a second blowout preventer -- the piece of equipment that failed when the Deepwater Horizon exploded on April 20 -- should the lower marine riser package fail. The failed blowout preventer is a 48-foot-tall, 450-ton apparatus that sits atop the well 5,000 feet underwater.

Suttles and Landry praised the clean-up efforts, however, in light of the failure of the "top kill" attempt to stop the flow.
"It's a tribute to everybody that we only have 107 miles of shoreline oiled and only 32 acres of marsh," Landry said.
Plaquemines Parish President Billy Nungesser told CNN Saturday night that BP needed to "step up to the plate tonight to save our wetlands" by using its might to create sand barriers to prevent the oil from moving into the marshes.

"BP needs to say it will pay to move those dredges and pump that sand berm," he said. "We are gonna die a slow death if we don't get that berm. We've got to have that barrier island. »

Sen. Mary Landrieu, a Democrat from Louisiana, echoed the call to bolster barrier islands in a statement Saturday night.
She said BP should immediately invest $1 billion to protect marshes, wetlands and estuaries -- giving half the money to short-term projects protecting the Louisiana coast and half to other Gulf Coast states "based on the immediate threat posed by oil spewing from the well. »

President Obama, who toured the area Friday, said federal officials were prepared to authorize moving forward with "a portion of" an idea proposed by local officials, who want the Army Corps of Engineers to build a "sand boom" offshore to keep the water from getting into the fragile marshlands.

But Nungesser said the marshes couldn't wait and that the effort needed to start immediately to save the Louisiana wetlands.
A team of oil spill experts were on standby in the United Arab Emirates, ready to help in the Gulf of Mexico cleanup efforts if called to do so, officials in the Middle Eastern country told CNN Sunday.

The United Arab Emirates originally made the offer two weeks ago. "Basically, it's an offer made on behalf of the government in recognition of this environmental issue. It is an offer of support," said Craig Buckingham of the Abu Dhabi National Oil Company.

Government scientists on Thursday said as many as 19,000 barrels (798,000 gallons) of oil were spewing into the ocean every day, making this disaster perhaps twice the size of the Exxon Valdez incident.

Previously, BP officials and government scientists had said 5,000 barrels (210,000 gallons) of crude were flowing out daily.
In a statement after BP announced that the top kill had failed Saturday, Obama said officials remained determined to "pursue all responsible means of stopping the leak" until relief wells are completed.

"As I said yesterday, every day that this leak continues is an assault on the people of the Gulf Coast region, their livelihoods, and the natural bounty that belongs to all of us," he said.

CNN

Bien à vous,

Morgane BRAVO

samedi 29 mai 2010

*President Obama Assesses BP Oil Spill Response...*


The President speaks in Grande Isle, LA after assessing the response to the Deepwater BP Oil Spill and reaffirms the Administration's commitment to doing all in its power to help protect the environment and the livelihoods of the population affected by the spill. May 28, 2010.


President Obama, Admiral Thad Allen and LaFourche Parish President Charlotte Randolf speak to the media after touring Fourchon Beach, LA to see methods being used to protect the beach from the effects of the Deepwater BP Oil Spill. May 28, 2010.

***A SUIVRE...!

Bien à vous,

Morgane BRAVO

vendredi 28 mai 2010

*Climat : l'Europe renonce à ses belles ambitions...*

***Jusqu'à présent, l'Union européenne s'était affichée sur la scène internationale en championne de la lutte contre le changement climatique. L'Europe se voulait exemplaire. A la fois "modèle social" et parangon de vertu environnementale. Avec l'adoption du "paquet climat-énergie" en décembre 2008, elle s'engageait à réduire de 20 % ses émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2020 et elle avait beau jeu de faire la leçon aux Etats-Unis, tout en démontrant aux pays en développement qu'elle saurait faire face à ses responsabilités historiques.

Elle avait même promis de porter son effort à 30 %, si un accord "ambitieux" était trouvé à Copenhague en décembre 2009. C'était un objectif quasi proclamé, jugé raisonnable, une ambition à la mesure de la représentation que l'Union se faisait d'elle-même et de son avenir.

On le sait, les choses ne se sont pas passées comme l'Union l'avait souhaité. Aucun autre grand joueur ne l'a suivie. Toute la négociation de la fin de l'année s'est articulée autour des positions des Etats-Unis et des grands pays émergents (le Sud).

Au lendemain de Copenhague, les Vingt-Sept devaient se rendre à l'évidence : la vertu ne paie pas. Pire, la crise économique semble imposer - comme une "évidence" - une autre conclusion : la vertu serait coûteuse... C'est, en tout cas, la position de l'Allemagne, qui a demandé, mardi 25 mai, une "pause" dans les efforts réclamés au nom de la lutte contre le changement climatique. Ce discours n'était jusqu'à présent relayé que par des "poids moyens" de la zone, l'Italie ou la Pologne. Que la première puissance économique et industrielle du continent l'entonne à son tour change la donne. La Commission en a pris acte. Si la commissaire au climat, Connie Hedegaard, continue à défendre un objectif de 30 % d'ici à 2020 pour l'Union, elle a été contrainte d'admettre, mercredi 26 mai, face aux exigences de Berlin et de Paris, que "les conditions ne sont pas réunies" et que "la décision n'est pas pour tout de suite".

Les taux de chômage en hausse, la croissance en berne, l'explosion des déficits publics, la crise de défiance sans précédent que traverse la zone euro sur les marchés financiers : tout cela pèse aujourd'hui davantage que les prévisions du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) pour 2050. D'autant que le doute s'est installé sur les travaux du GIEC après les révélations d'erreurs dans son dernier rapport.

On peut déplorer cette vue à court terme, alors que l'avenir de nos sociétés est en jeu. On peut regretter que le climat ajoute encore au spectacle de division qu'offre l'Europe. On se consolera en rappelant que l'Union européenne détient moins de 15 % - la part de ses émissions - de la solution mondiale du climat.

Ce repli annoncé est surtout le symptôme de l'enlisement qui guette les négociations internationales à venir. Leur chance d'aboutir à Cancun, au Mexique, en décembre 2010, diminue chaque jour. L'avenir s'annonce plus pollué.

Le Monde
28.05.10

***A SUIVRE...!

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Obama to visit Gulf : vows to take action on growing oil spill*



***(CNN) -- President Obama is scheduled to visit Louisiana on Friday for the second time since an oil rig explosion sent a historic amount of oil gushing into the Gulf of Mexico.

Obama's visit comes as his administration has been criticized for its response to the massive underwater gusher that is now estimated to be twice the size of the Exxon Valdez disaster.
"I take responsibility. It is my job to make sure that everything is done to shut this down," Obama said Thursday at a White House news conference. "That doesn't mean it's going to be easy. That doesn't mean it's going to happen right away or the way I'd like it to happen. That doesn't mean we aren't going to make mistakes. »

The president even said his 11-year-old daughter, Malia, weighed in on the issue on Thursday.
"You know, when I woke up this morning and I'm shaving, and Malia knocks on my bathroom door and she peeks in her head and she says, 'Did you plug the hole yet, Daddy?'" he said.

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*BP avoue ne pas avoir maitrisé la fuite *



***BP a dû reconnaître que le pétrole coulait encore dans le golfe du Mexique, contredisant l'annonce faite jeudi soir. Il faudra encore du temps à la compagnie pétrolière, au moins 48 heures.


*What BP does not want you to see...:

http://bit.ly/aFvlf0

*Marée noire : le pétrole a cessé de s’écouler...

http://bit.ly/9UmfyH


Bien à vous,

Morgane BRAVO

jeudi 27 mai 2010

*BP Oilpocalypse Creates Underwater Nightmare...*



***5/24/10 :
On Good Morning America, correspondent Sam Champion and Philippe Cousteau Jr. explore the toxic plumes of dispersed oil floating beneath the waves in the Gulf of Mexico.

We've seen the oil start to wash up on shore, and we've seen satellite images of the slick. But that's only the tip of the iceberg: Take a look at the underwater impact of the oil geyser and the dangerous chemicals BP is using to "disperse" it -- effects that could last for decades, even if today's risky "Top Kill" maneuver to plug the well works.

It's never been clearer: The consequences of our dependence on oil, from the Deepwater Oil Disaster to the climate crisis, are completely unacceptable.

Sincerely,

David Boundy
Campaign Manager
Repower America

Bien à vous,

Morgane BRAVO

mercredi 26 mai 2010

*Plan to integrate Copenhagen Accord...UN*

***De Boer confirms plan to integrate Copenhagen Accord in UN climate text.

Outgoing head of UN's climate secretariat outlines agenda for crucial Bonn climate meeting


*Outgoing UN climate change chief Yvo de Boer yesterday confirmed that the extent to which parts of the Copenhagen Accord should be included in the formal UN negotiating process would form a central part of the agenda at the climate talks in Bonn next month.

The latest summit, which will run from Monday 31 May to Wednesday 9 June, represents the first major UN climate meeting since the end of the Copenhagen summit and observers have warned that significant progress is required if there is to be any chance of delivering a draft international deal at the Cancun summit in November.

Speaking yesterday, de Boer, who will step down after the Bonn meeting to be replaced by Costa Rican diplomat Christiana Figueres, said the chair of the Long Term Co-operative Action (LCA) UN working group would table a "new text that integrates parts of the Copenhagen Accord", adding that the meeting could " significantly enhance that text".

The status of the Copenhagen Accord has been one of the main sticking points for the long-running negotiations since the end of the Copenhagen summit, with richer nations arguing that it provides a better framework for a binding deal than the existing Kyoto Protocol and poorer nations warning that any move away from the Kyoto Framework risks resulting in a weaker agreement.

De Boer said governments needed to "act now to develop greater clarity on the future of the Kyoto Protocol, since this cannot be left unattended until Cancun ".

He reiterated his view that Cancun could deliver meaningful progress towards a binding international treaty, but only if rich nations provide evidence that they are making good on their commitment to provide $30bn (£21bn) of fast-track climate funding to poorer nations, and all countries deliver progress on emissions targets and the mechanisms for ensuring they are met.

He also warned that the Copenhagen Accord "set a political intent to keep temperature rises below two degrees Centigrade, yet existing industrial country pledges to cut emissions will not meet this goal".

De Boer's comments came as one of China's top climate change officials, Xie Zhenhua, confirmed for the first time that China is targeting the UN climate meeting in South Africa in late 2011 for the completion of any international treaty.

UN and EU officials have already signalled that they do not expect a deal to be finalised in Cancun, and Xie endorsed that view yesterday, confirming that the best that could be hoped for in Cancun was progress towards a deal.

However, in a sign that progress could indeed be delivered, India yesterday published its first full greenhouse gas emissions report in more than a decade.

The report, which was based on 2007 data, showed that greenhouse emissions from the electricity, cement and waste sectors have more than doubled, while other sectors have also seen significant increases.

The move is potentially significant as transparent reporting of greenhouse gas emissions emerged as one of the most contentious issues at last year's Copenhagen summit, with the US insisting that countries submit to independent verification of emission performance and countries such as China arguing that such a move would represent an infringement of a country's sovereignty.

James Murray,
BusinessGreen,
26 May 2010

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*How Big is the Spill? : Climate Protection....*



***Dear Friend,

It's now been over a month since the Deepwater Oil Disaster began -- and not only has BP failed to stop the flow of oil so far, but we still don't even know how big the spill is -- because BP won't allow anyone else to investigate the extent of the problem.

The secrecy must stop.

BP is refusing to share information -- data it's already tracking -- that would assist in the response and public understanding of the scope and severity of the Deepwater Oil Disaster. And they have every incentive in the world to keep doing so -- news reports say that the smaller the official estimates of the spill, the lower BP's liability could be in court.1

We don't let criminals investigate their own crimes, and this shouldn't be any different. It's time for BP to get out of the way and allow access for independent scientists and engineers to determine the real size of this catastrophe.

Sign the petition today calling on BP to provide full access to all their data to the government and independent scientists.

Independent reviews by scientists across the country are suggesting that the oil leak may be as much as 19 times worse than the original estimates -- but BP refuses to provide them with the data required to make their estimates more precise. All we know for sure is that the oil just keeps on gushing.

BP is extremely sensitive right now to public pressure -- so let's tell them that we won't stand for them hiding the truth. We'll deliver copies of the petitions and any comments you submit to the CEO of BP, as well as the Administrator of the Environmental Protection Agency.

Demand full access to BP's data and real answers about the Deepwater disaster.

Thanks for joining this fight,

Maggie L. Fox
Chief Executive Officer
Climate Protection Action Fund

P.S. This disaster is a painful reminder of how dangerous our addiction to oil really is - and how critical it is that our elected officials in Washington pass strong climate and clean energy legislation that weans us off of dirty fossil fuels as soon as possible. We must make sure that Americans and our leaders understand the true cost of oil. We simply can't afford a BP coverup. Sign the petition now demanding full transparency.

http://www.climateprotectionactionfund.org

Bien à vous,

Morgane BRAVO

lundi 24 mai 2010

*Six dangers mortels pour la civilisation...*

***Matthew Stein, auteur du livre When Technology Fails (Quand la technologie échoue), décrit la «parfaite tempête» qu'affronte notre civilisation. La conjonction de six évènements majeurs qui chacun séparément peuvent mettre à bas notre mode de vie. «Si nous ne sommes pas capables de calmer cette tempête, elle va détruire, sans aucun doute, la vie sur terre telle que nous la connaissons» écrit-il dans le Huffington Post.

Matthew Stein ajoute que «la définition de la démence est de faire la même chose encore et encore en espérant un résultat différent. Si nous continuons à nous comporter comme nous l'avons fait au cours du siècle dernier, les six tendances vont continuer à faire décliner et s'effondrer les systèmes de la nature qui forment les fondations de notre civilisation et le sang de l'économie mondiale».

Voilà les six dangers mortels pour la civilisation humaine selon Matthew Stein:

1. Le changement climatique: avec un degré de certitude de 90%, les plus grands scientifiques mondiaux estiment que le climat de la terre est en train de changer à un rythme qui s'accélère et que ces changements ont une origine humaine.

2. La fin du pétrole: l'économie mondiale et notre culture sont construites en grande partie sur la dépendance envers un pétrole bon marché. Depuis les voitures que nous conduisons, les avions dans lesquels nous volons, les immeubles où nous habitons, la nourriture que nous mangeons et les vêtements que nous portons, tout cela est transporté avec du pétrole, fabriqué à partir du pétrole ou avec des machines utilisant du pétrole. La production de pétrole a sans doute atteint son maximum, «peak oil», en 2005-2006 et baisse depuis. Pendant des années, les gouvernements ont rejeté les théories du «peak oil». Mais en avril, l'armée américaine a publié un rapport affirmant que «d'ici 2012 la capacité de production excédentaire de pétrole dans le monde aura entièrement disparue et à partir de 2015, les besoins non satisfaits pourraient atteindre 10 millions de barils par jour».

3. L'effondrement de la vie dans les océans. Ce n'est pas pour rien si 11 des 15 plus grandes zones de pêche au monde sont en train de disparaître. Le plancton, la base de la chaîne alimentaire dans les océans, disparaît.

4. La déforestation. Plus de 50% des forêts dans le monde ont disparu. La déforestation est responsable de 25% des émissions de gaz à effet de serre supplémentaires presque le double des émissions provenant des transports et de l'industrie (14% chacun). Les forêts sont une composante essentielle du système climatique et de la préservation et de l'entretien des nappes phréatiques.

5. La crise alimentaire mondiale. Les sols, le climat et l'eau. Pour la première fois depuis que la révolution agricole a commencé, le monde produit moins de nourriture chaque année en dépit de l'augmentation de la population.

6. La surpopulation. C'est un problème que peu acceptent de regarder en face. Au cours des dix dernières années, la population de la planète s'est accrue de plus de personnes que toutes celles ayant existé entre la naissance de Jésus Christ et celle d'Abraham Lincoln. En l'an 1 000, la population mondiale était d'environ 500 millions d'habitants. Environ 800 ans plus tard, elle a atteint un milliard. Il lui a fallu 130 ans pour atteindre 2 milliards en 1930. Elle sera de 7 milliards en 2012. Nous n'avons pas d'avenir si la population continue à augmenter à ce rythme là.

Dans un autre article publié par The Huffington Post, Matthew Stein, détaille les douze changements majeurs que nous devrions adopter pour sauver notre civilisation.

http://www.whentechfails.com/

http://www.slate.fr/story/21845/mort-civilisation-climat-petrole-oceans-forets-nourriture

SLATE
24 Mai 2010

Bien à vous,

Morgane BRAVO

samedi 22 mai 2010

*Les Champs-Elysées se mettent au vert ce week-end...*









***Les Champs-Elysées se mettent au vert ce week-end... :
http://bit.ly/9iutSa

Bien à vous,

Morgane BRAVO

vendredi 21 mai 2010

***Et si la biodiversité disparaissait ?...***




Ce film d’animation évoque ce qui se passerait dans notre quotidien si la biodiversité venait à disparaître. Une histoire vue à travers les yeux et l’imaginaire d’un enfant, qui voit un monde ordinaire perdre tous les biens et les services que la biodiversité lui apporte, ce que l’enfant, et certainement nous-mêmes, ne soupçonnait pas...

Idée originale et direction scientifique : Franck Courchamp (CNRS) du Laboratoire Écologie, systématique et évolution (ESE - CNRS / Université Paris Sud), Orsay

Le CNRS au cœur de la biodiversité :
http://www.cnrs.fr/biodiversite2010

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Les maires : veulent s’occuper de tout le développement durable*

***Réunis trois jours à Dunkerque pour la 6e Conférence européenne des Villes durables, les maires ont marqué leur volonté de s'occuper de tous les problèmes de l'écologie urbaine, et non plus seulement de transports ou construction.

"Les maires doivent imaginer les nouveaux dispositifs de demain", a lancé Michel Delebarre, maire (PS) de la ville d'accueil. "Les villes hébergent 80% de la population de l'Union européenne. Lorsque le système actuel tremble, tous les maux s'y concentrent".

Première suggestion de M. Delebarre: l'étude, par plusieurs villes de l'UE, de problèmes communs. Ainsi "les friches industrielles: comment les reconvertir en zones compatibles avec les objectifs du développement durable". Il s'agit, a relevé le responsable socialiste, de "programmes de longue durée qui peuvent marcher au niveau européen".

La participation et l'information de la population sont aussi des atouts essentiels: "si on instaure un tri sélectif sans l'aval de la population, on ira à l'échec. Aux élus de le susciter".

Emmanuele Burgin, représentant de la province de Bologne, juge que sur fond de crise, "la durabilité est un nouveau défi audacieux pour les responsables des collectivités territoriales".

Pour Dominique Voynet, maire (Verts) de Montreuil (Seine-Saint-Denis), l'Etat doit faire confiance aux élus locaux. "Ils sont capables de mettre en oeuvre des moyens moins coûteux et plus efficaces". "Nous devons penser une nouvelle urbanité, de nouvelles mobilités, redonner une chance à l'agriculture des villes" à l'image des jardins ouvriers de jadis, qui font leur retour.

Mme Voynet demande aussi à l'Etat d'"envoyer les bons signaux", avec des investissements publics allant aux "villes qui agissent en fonction du développement durable".

Elle reproche à l'Etat la multiplication des normes qui "corsètent les maires". "On pourrait utiliser les établissements scolaires hors les heures de cours pour des associations, mais nous n'en avons pas le droit. Résultat, ces établissements sont utilisés au tiers de leurs capacités".

André Rossinot, maire UMP-radical de Nancy, souligne que 70% des mesures comprises dans le Grenelle de l'Environnement seront mises en oeuvre par les collectivités territoriales qui ont "désormais la légitimité pour traiter ce sujet".

Il voit dans la conférence de Dunkerque un exemple de la "diplomatie des villes", parallèle celle entre Etats.

"Nous enverrons", a dit M. Delebarre, "un message très clair à nos gouvernements et aux instances européennes". Avis partagé par Theo Van Begin, secrétaire général de l'ICLEI, conseil international des initiatives écologiques locales, pour qui qui ces débats vont instaurer une coopération entre collectivités locales européennes.

1.500 représentants de 55 pays (dont de nombreux pays du sud invités, comme l'Algérie ou la Côte d'Ivoire), sont rassemblés jusqu'à vendredi dans le grand port du Nord.

NouvelObs
20/05/10

***Les grandes municipalités européennes, au coeur des politiques de développement durable, ont réclamé vendredi de jouer un rôle accru dans les négociations sur le climat et de bénéficier de moyens financiers de l'Union européenne.

Cette conférence constitue "la suite logique de Copenhague où, pour la première fois, le niveau territorial a été reconnu pour traiter les problèmes de développement durable", a précisé M. Delebarre.

"Au sortir de Dunkerque, il faudra voir si notre démarche sera conforme avec deux conférences parallèles organisées l'une aux Etats-Unis pour l'Amérique du Nord, l'autre en Corée du Sud pour l'Asie. Comme à Dunkerque, les participants à ces conférences rédigeront une déclaration. Les trois déclarations seront synthétisées pour être présentées à Mexico.

"Je pense que nos démarches seront comparables. A travers les villes, ce sera un moyen d'effacer les divergences entre Etats qui ont mené à l'échec de Copenhague", a-t-il poursuivi.

Les maires ont réclamé par ailleurs à l'UE de nouveaux moyens financiers pour les aider à mettre en oeuvre leurs projets de développement durable.

A SUIVRE...!

Bien à vous,

Morgane BRAVO

mercredi 19 mai 2010

*Calentamiento globlal...*



*México: calentamiento globlal... :
Dr Héctor Mayagoitia, Coordinador Programa Medio Ambiente IPN
Yazmin Alessandrini, Periodista.
6 mai 2010

Bien à vous,

Morgane BRAVO

mardi 18 mai 2010

*Les poissons pourraient avoir disparu des océans d'ici 40 ans...*

***Le cauchemar d'océans d'où tous les poissons auraient disparu pourrait se concrétiser d'ici à 2050 en l'absence d'une restructuration profonde du secteur de la pêche, ont mis en garde lundi des experts de l'ONU.

"Si les différentes estimations que nous avons reçues (...) se réalisent, alors nous sommes dans une situation où effectivement, dans 40 ans, nous n'aurons plus de poisson", a déclaré à des journalistes à New York Pavan Sukhdev, directeur de l'Initiative pour une économie verte du Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue).

Mais, selon le rapport sur l'économie verte que le Pnue et divers experts doivent rendre public dans le courant de l'année et qui a été présenté en avant-première lundi, cette catastrophe peut être évitée si l'on taille dans les subventions aux flottes de pêche et si des zones protégées sont mises en place pour les poissons, ce qui à terme pourrait aboutir à une industrie de la pêche florissante.

Le monde "épuise le capital" dont il a besoin, a souligné le directeur du Pnue, Achim Steiner. Cependant, "nos institutions, nos gouvernements sont parfaitement capables de changer de voie", a-t-il ajouté, précisant qu'une trentaine de pays collaboraient avec le Pnue et que d'autres étaient en train de réviser leur politique en matière d'environnement.

La chute des réserves de poissons de la planète est un problème écologique mais aussi une question de subsistance pour un milliard de personnes, souvent originaires de pays en développement et dont le poisson constitue la seule source de protéines, selon l'ONU.

Le rapport sur l'économie verte estime que 35 millions de personnes vivent de la pêche dans le monde, que 170 millions d'emplois en dépendent de manière directe ou indirecte et qu'en tout 520 millions de personnes y sont financièrement liées.

Selon l'ONU, 30% des réserves halieutiques ont déjà disparu et l'ensemble des activités de pêche risque de ne plus être rentable d'ici 2050.

Principal fléau à combattre, selon le rapport: les subventions des gouvernements à des flottes toujours plus grosses pour des prises toujours plus maigres, et qui ne laissent pas le temps aux ressources de se reconstituer.

Les capacités des flottes de pêche sont "50 à 60%" supérieures à ce qu'elles devraient être, selon M. Sukhdev.

Le rapport préconise la création de zones marines préservées permettant aux poissons femelles d'atteindre la taille adulte, augmentant ainsi sensiblement leur fertilité, jugeant qu'il s'agit d'une solution vitale.

Il conseille aussi de revoir la taille des flottes de pêche pour favoriser des bateaux plus petits. "Les solutions sont sous la main, mais la volonté politique et une économie ordonnée sont nécessaires", a insisté M. Sukhdev.

M6

Bien à vous,

Morgane BRAVO

lundi 17 mai 2010

*Washington : Sénat, le projet de loi sur le climat...*

***Présenté au Sénat, le projet de loi sur le climat se heurte à des obstacles :

Adopté depuis un an par la Chambre, il risque de ne pas passer au Sénat en 2010.

*Près d'un an après que les députés à la Chambre des représentants eurent adopté un projet de loi sur les changements climatiques, deux de leurs collègues du Sénat ont présenté à la chambre haute leur version de ce texte de loi. Si elle est adoptée, cette loi assurera une diminution spectaculaire des émissions de gaz à effet de serre aux États-Unis au cours des prochaines décennies.

« Nous sommes enferrés dans une politique énergétique dysfonctionnelle, bâtie sur une dépendance dangereuse à l'égard des importations pétrolières » a affirmé, le 12 mai, le sénateur démocrate du Massachusetts John Kerry alors qu'il dévoilait ce projet de loi en compagnie du sénateur indépendant du Massachusetts Joe Lieberman. « Nous sommes menacés par les effets d'un climat en évolution. Et voici maintenant que l'une des pires marées noires de l'histoire de notre pays échoue sur nos rivages : qui pourrait douter de l'urgence d'une nouvelle politique énergétique pour notre pays ? »

Les groupes écologistes et les milieux industriels intéressés au premier chef par cette législation sont tenus en haleine depuis des mois, tandis qu'au Sénat les auteurs du projet de loi s'efforcent d'élaborer un texte ayant des chances de rallier la majorité des voix au sein d'un corps législatif politiquement divisé. Aux termes de la procédure législative fédérale, la Chambre et le Sénat produisent et adoptent normalement leurs versions respectives d'une loi. Si ces textes sont adoptés, ils sont ensuite examinés en commission mixte, puis le texte définitif est repassé au scrutin des deux chambres avant d'être déposé sur le bureau du président des États-Unis aux fins de promulgation. Ce processus peut traîner de longs mois.

Les défenseurs de ce projet de loi espèrent pouvoir le faire adopter à temps pour les négociations climatiques de l'ONU qui doivent avoir lieu à Cancun (Mexique) au début de décembre. Mais la plupart des observateurs doutent que le Congrès puisse observer un tel calendrier.

« J'espère avoir une loi cette année », a pourtant affirmé Todd Stern, l'envoyé spécial du président Obama pour les changements climatiques, cette semaine à la presse. « Mais si nous ne l'obtenons pas cette année, nous maintiendrons la pression pour l'obtenir l'année prochaine. »

M. Stern a ajouté que quelle que soit l'issue, le gouvernement Obama allait militer en faveur d'un nouveau traité international sur le climat. « Que cette loi passe ou non avant Cancun, nous travaillerons sans relâche pour obtenir de bons résultats à cette conférence », a-t-il dit.

Les promoteurs de la loi estiment qu'une législation nationale, plutôt qu'une collection d'ordonnances et de réglementations des divers États fédérés, représente ce dont les États-Unis ont besoin pour s'attaquer sérieusement aux émissions sur leur territoire et pour accroître la confiance de la communauté internationale sur ce dossier. Les détracteurs de la loi estiment que cette dernière n'aurait pour effet que de faire perdre des emplois et augmenter les prix de l'énergie aux États-Unis, affaiblissant d'autant plus leur économie.

Il appartient à présent à Harry Reid, le chef de la majorité au Sénat, de décider de placer ou non l'examen et le vote du projet de loi climatique à l'ordre du jour du Sénat cette année. Démocrate du Nevada, M. Reid a indiqué qu'après avoir consulté divers collègues, il serait en mesure de savoir au début de juin si ce projet de loi paraissait avoir un appui suffisant pour qu'on puisse engager le débat. Soixante voix seraient éventuellement nécessaires pour mettre fin à une manœuvre dilatoire de la part des adversaires de la loi, le fameux « filibuster », opération consistant à prolonger un débat indéfiniment en vue de bloquer ou de retarder un vote sur un texte de loi ou sur une nomination.

On apprend que M. Lindsey Graham, sénateur républicain de Caroline du Sud, après avoir collaboré avec les sénateurs Kerry et Lieberman à propos du projet de loi, vient d'annoncer qu'il ne l'appuierait plus. Cela rendra d'autant plus difficile l'obtention d'un nombre suffisant de voix républicaines favorables pour faire passer le projet de loi, puisque le Sénat compte actuellement 59 démocrates et indépendants de tendance démocrate. A cela il faut ajouter un second contretemps, la marée noire qui ne cesse de se déverser dans le golfe du Mexique, catastrophe écologique qui a provoqué une levée de boucliers contre les forages en mer qui sont l'un des éléments importants de la loi du Sénat.

En voici d'ailleurs les principaux éléments :

• la réduction des émissions de gaz à effet de serre de 4,75 % par rapport à leur niveau de 2005 d'ici à 2013, de 17 % d'ici à 2020, de 42 % d'ici à 2030 et de 83 % d'ici à 2050. La Chambre avait présenté des chiffres du même ordre.

• la mise en place d'incitations économiques pour stimuler la construction de nouvelles centrales nucléaires, y compris une assurance contre les risques pour 12 centrales,

• l'imposition de plafonds d'émissions de gaz carbonique (CO2) à certains secteurs de l'économie. La Chambre visait à l'ensemble de l'économie.

• l'obtention obligatoire par les producteurs d'énergie électrique de « droits de pollution » échangeables, d'ici à 2013, d'abord gratuits puis dans le cadre d'enchères. D'autres usines se joindraient à ce marché en 2016.

• l'encouragement aux forages en mer, les États fédérés côtiers ayant cependant droit de veto sur tout projet de forage situé à moins de 120 kilomètres de leurs côtes. Le texte de la Chambre de contient pas une telle promotion des forages en mer.

• l'affectation de 2 milliards de dollars par an à la recherche et à la mise au point de moyens techniques de capter les émissions de carbone des usines fonctionnant au charbon. Le projet de la loi de la Chambre prévoyait 1,1 milliard de dollars.

Pendant ce temps, les divers États fédérés se sont attelés à l'élaboration de leurs propres lois en l'absence d'action rapide du Congrès fédéral. Le gouvernement Obama, lui aussi, poursuit une panoplie d'initiatives climatiques par la voie réglementaire depuis plus d'un an, en vue notamment d'élaborer des normes de consommation de carburant touchant les voitures particulières et les camionnettes.

Par Karin Rives
Rédacteur
Washington
13 mai 2010

(Les articles du site «America.Gov» sont diffusés par le Bureau des programmes d'information internationale du département d'Etat. Site Internet : http://www.america.gov/fr/)

***Si elle est adoptée, cette loi assurera une diminution spectaculaire des émissions de gaz à effet de serre aux États-Unis.

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Histoire de l’Eau...à Paris*


***L'eau à Paris est une histoire au long cours !

La Seine est au cœur de notre ville : Paris est née et s'est développée avec l’eau.

Découvrez l'histoire passionnante de l'eau et de l'assainissement à Paris :

*Dans l'Antiquité...

Population de Paris : 8 000 habitants. La ville comprend l'île de la Cité et l'ouest de l'actuel 5e arrondissement.
L'eau est directement puisée dans la Seine ou ses affluents (la Bièvre sur la rive gauche).

Au cours des IIIe et IVe siècles, les Gallo-Romains construisent l'aqueduc d'Arcueil, qui transporte l'eau des sources de Rungis pour alimenter les thermes publics de Lutèce. On peut encore, aujourd'hui, admirer ces thermes, qui abritent le musée national du Moyen-Age.

En l'absence d'égouts, les eaux usées sont rejetées à la rue. Les terres jouent donc le rôle de filtre naturel. Néanmoins, la faiblesse de la population évite la pollution.


*Le Moyen Age ( 476-1453)


Après une période de décadence liée aux invasions normandes, on assiste à un essor démographique : la population est alors évaluée à 100 000 ou 150 000 habitants. La ville se développe surtout sur la rive droite, en particulier dans les quartiers du Louvre, des Halles et du Marais. En 1190, Philippe Auguste l'enserre dans un rempart fortifié, rapidement débordé. La rive gauche devient le quartier des étudiants.

A titre d'œuvre pieuse, les religieux prennent en charge la construction d'aqueducs et de fontaines. A la fin du XIIe siècle, deux nouveaux aqueducs sont construits :

· Aqueduc du Pré-Saint-Gervais : construit par les religieux du Prieuré des Hospitaliers à l'emplacement du carrefour actuel du boulevard Magenta et de la rue du Faubourg Saint-Martin.
· Aqueduc de Belleville : construit par les religieux de l'Abbaye de Saint-Martin des Champs, à l'emplacement de l'actuel conservatoire des Arts et Métiers.

Ces adductions alimentent pour la première fois plusieurs fontaines publiques. Paris compte alors 18 fontaines, dont une seule sur la rive gauche. Les plus célèbres sont la Fontaine des Halles (ou du Pilori), la Fontaine des Innocents et la Fontaine Maubuée (ou Mauvaise lessive).

Cependant, le ravitaillement demeure étroitement tributaire du fleuve et des puits . Il existe une corporation de porteurs d'eau, active jusqu'à la fin du XIXe siècle, qui approvisionne les maisons en eau de Seine. De même, on recueille l'eau de pluie.
En l'absence de système d'assainissement, l'insalubrité s'installe.

Pendant des siècles, l'écoulement des eaux sales se fait par simple ruissellement. Les eaux ménagères sont déversées dans les rues - dont quelques unes seulement sont pavées - et s'accumulent pour former des mares putrides et des bourbiers. Les citoyens prennent conscience de la nécessité d'évacuer les immondices hors de la ville, sans pourtant faire le lien avec les redoutables épidémies qui sévissent régulièrement.

Il faut ouvrir des fossés à ciel ouvert pour évacuer les eaux : ce sont les premiers égouts. L'air de Paris est chargé d'odeurs pestilentielles, les rues sont envahies par la boue. En 1370, sous Charles V, Hugues Aubriot, prévôt des marchands, fait construire le premier égout couvert rue Montmartre.

*De la Renaissance à la Révolution

La population passe de 200 000 à 600 000 habitants et la ville s'étend sur 3 370 ha au XVIIIe siècle. Jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, il n'existait pas de service public distribuant de l'eau. Les moyens d'alimentation en eau restent proches de ceux du Moyen-Age : les particuliers s'alimentaient à partir de puits et de fontaines ou grâce aux porteurs d'eau.En revanche, les techniques évoluent. Les premiers égouts sont construits.

Pour répondre à des besoins sans cesse croissants, Henri IV donne une vigoureuse impulsion à l'amélioration de l'alimentation en eau de la ville et fait construire sur la Seine la pompe hydraulique (c'est-à-dire mue par le fleuve) dite de la Samaritaine (1608). C'est un ensemble de quatre pompes à pistons entraînés par une roue hydraulique. Accolée au Pont-Neuf, elle a un débit de 700 m3 d'eau/jour, destinés au Louvre, au jardin des Tuileries et à quelques fontaines publiques.

Marie de Médicis, sa veuve, fait réaliser l'aqueduc de Rungis (1623). Son tracé est sensiblement le même que l'ancien aqueduc d'Arcueil, et son débit est de 500 à 1 000 m3/jour. Il alimente le Palais du Luxembourg et 14 fontaines publiques.

*Louis XIV fait installer la pompe hydraulique du Pont Notre-Dame (1671).

C'est à partir de 1782 qu'apparaît le premier service public et commercial de distribution de l'eau à domicile exploité par les frères Perier : ceux-ci furent autorisés, par lettres patentes de Louis XIV du 7 février 1777, à créer une société par action chargée d'établir à ses frais des " pompes à feu ", des réservoirs et un réseau de conduites en fonte permettant de distribuer l'eau à titre onéreux chez les particuliers qui souscrivaient un abonnement. Ce réseau alimentait les quartiers de Chaillot sur la rive droite et le quartier du Gros Caillou (actuel quai d'Orsay) sur la rive gauche. Ces pompes fournissaient respectivement 4 100 et 1 300 m3 d'eau par jour.

Les avancées en matière d'assainissement demeurent timides. Afin de lutter contre une insalubrité croissante, François Ier impose les fosses sous immeuble. La corporation des " maîtres Fifi " a pour tâche de vider ces fosses et de transporter leur contenu vers les fossés d'enceinte.

Quelques égouts sont construits : Paris en compte 24 à la fin du règne de Louis XIII (1643). Obstrués par des boues épaisses et encombrés d'immondices, ils empestent le voisinage. Sur la rive gauche, les eaux usées sont canalisées sur la rivière Bièvre qui joue le rôle d'égout. L'engorgement de l'égout Moustard (Mouffetard) est tel que les eaux qu'il reçoit refluent jusqu'au carrefour de la rue de Lourcine (Broca).

Dès le début du règne de Louis XIV commencent les travaux du grand égout de ceinture. A la fin du règne de Louis XVI, les égouts parisiens mesurent 26 km. Le réseau ne cesse de s'étendre, mais toutes les eaux usées se jettent en Seine, en plein Paris, où est puisée l'eau consommée. Les rues de Paris demeurent sales, et la qualité de l'eau se dégrade.


*Le XIXe siècle

On assiste au XIXe siècle à une hausse significative et brutale de la population due à l'amélioration générale de l'état sanitaire et de l'alimentation. De plus, vers la moitié du siècle, s'amorce le phénomène d'exode rural. Paris passe d'environ 650 000 habitants à près de 2 millions.

Les besoins en eau ne cessent de croître. Par arrêté consulaire du 6 Prairial an XI (25 mai 1803) et décret organique du 4 septembre 1807, le Service des Eaux qui comportait les Eaux de Paris (adductions de Belleville et du Pré-Saint-Gervais) et les Eaux du Roi (adduction de Rungis, pompes hydrauliques et pompes à vapeur) devient entièrement municipal.

Napoléon Ier décide en 1805 la réalisation d'un projet plus important : amener à Paris, par un canal, une partie des eaux de l'Ourcq, affluent de la Marne. Ce canal, achevé en 1822, représente un apport de 100 000 m3/jour pour le Service des Eaux, permettant ainsi à la Ville de Paris de disposer pour son alimentation de 800 000 m3 d'eau par jour. Suivent le canal Saint-Denis, mis en service en 1821, et le canal Saint-Martin (1825).

Mais si les besoins quantitatifs des Parisiens sont satisfaits, la qualité de l'eau distribuée est mauvaise et provoque de nombreuses épidémies. Ainsi, l'épidémie de choléra de 1832 qui décime la population parisienne doit être mis en relation avec le caractère insalubre des eaux de surface (Seine et Ourcq) et des eaux de la nappe phréatique, à laquelle les Parisiens ont recours par de nombreux puits.

*En 1841, le premier puits artésien est foré à l'emplacement de l'abattoir de Grenelle (au carrefour des actuelles rues Valentin Haüy et Bouchut). Le puits de Grenelle capte l'eau à 550 mètres de profondeur, mais des problèmes de qualité de l'eau, de pression et d'ensablement le font peu à peu tomber en désuétude, et il est finalement comblé. D'autres puits du même type sont construits à Passy (1861), Hébert (1888), la Butte aux Cailles (1904), Blomet (1926).

Après l'Empire et la Restauration, le rythme de construction des égouts va s'accélérer Alors qu'on a construit en quatre siècles moins de 30 km d'égouts, 1 km par an est édifié entre 1824 et 1831, et 8 km par an entre 1832 et 1836. L'assainissement reste toutefois insuffisant. Une politique de grands travaux s'impose.

*Au milieu du XIXe siècle, grâce au préfet Haussmann et à l'ingénieur Belgrand, Paris se dote des équipements et des services municipaux indispensables.

*En 1854, le Préfet de la Seine Haussmann et le Directeur du Service des Eaux, l'ingénieur Belgrand, appuyés par Napoléon III, établissent et font approuver par le Conseil Municipal un programme d'alimentation en eau de Paris et d'évacuation des eaux usées dont la réalisation va s'échelonner jusqu'en 1924.

Pour assurer l'alimentation de Paris en eau, Belgrand décide la création de deux réseaux d'alimentation en eau indépendants:

- l'un destiné à l'alimentation des habitants
- l'autre, d'eau non potable, destiné à l'entretien des voies publiques et alimenté par l'eau de l'Ourcq et de la Seine

Deux types de mesures sont pris dans le but d'améliorer la qualité de l'eau :

· la recherche d'eaux de source dans le bassin parisien, leur captage et leur amenée vers Paris dans des aqueducs fermés, à l'abri des pollutions
· la filtration lente sur sable des eaux de Seine et Marne prélevées en amont de Paris. Deux établissements filtrants furent réalisés dans les premières années : Ivry-sur-Seine (1900) et Joinville (anciennement dénommée Saint-Maur) (1896), soit 600 000 m3 par jour jusqu'en 1960.

Des réservoirs sont construits aux altitudes convenables pour alimenter en pression tous les étages des immeubles dans Paris. L'eau consommée par les particuliers est payée à la Ville.

En savoir plus…

1860 : rattachement à Paris des communes périphériques (Passy, Auteuil, Grenelle, Belleville). Le service commercial des canaux est confié à la Compagnie Générale des Eaux.
1865 : mise en service de l'aqueduc de la Dhuis et du réservoir de Ménilmontant.
1874 : mise en service de l'aqueduc de la Vanne et du réservoir de Montsouris.
1889 : mise en service du réservoir de Montmartre.
1893 : mise en service de l'aqueduc de l'Avre.


En matière d'évacuation des eaux usées, Belgrand fait prévaloir une conception totalement nouvelle qui consiste à rejeter les eaux usées loin en aval de la ville. Autre révolution, chaque rue est dotée d'un égout.
Ainsi débute la construction d'un réseau d'égouts unique au monde: des égouts élémentaires se jettent dans des collecteurs secondaires qui rejoignent les collecteurs principaux.

Le réseau d'égouts est réalisé selon les principes suivants :

· il est unitaire, c'est-à-dire qu'il reçoit à la fois les eaux pluviales et les eaux usées
· il est entièrement visitable dans la mesure où ses dimensions permettent à un homme de stature moyenne (inférieure à 1,80 m) d'y circuler aisément
· il est gravitaire car il utilise la pente naturelle de bassin parisien pour obtenir l'écoulement des eaux usées vers le nord-ouest de Paris ; des usines de pompage relèvent les eaux des quartiers bas de Paris situés à une altitude trop faible pour intégrer ce système.

Belgrand met également au point les outils de curage des ouvrages : bateaux et wagons-vannes, réservoirs de chasse, bassins de dessablement

Le réseau évolue rapidement : 620 km en 1878, 964 km en 1894. Parallèlement, des mesures sont prises pour organiser l'évacuation des eaux usées des habitations :

· raccordement obligatoire des immeubles à l'égout pour les eaux de cuisine (1852)
· loi du Tout à l'égout permettant l'évacuation de toutes les eaux usées à l'égout, supprimant ainsi les fosses d'aisance (1894).

Dans un premier temps, les eaux polluées sont rejetées en Seine à l'aval de Clichy, chassant les riverains. Par la suite, la Ville de Paris aménage dans les secteurs de Gennevilliers puis d'Achères de vastes terrains d'épandage où les eaux des égouts irriguent des terres sablonneuses en même temps qu'elles s'épurent avant de rejoindre le fleuve par des ouvrages de drainage.

Depuis, la maîtrise de l'eau et de l'assainissement est une préoccupation constante de la Ville de Paris.

*Du XXème siècle à aujourd'hui


Paris s'inscrit dans l'agglomération parisienne dont la superficie est de 12 012 km2. Le tissu urbain est très dense : Paris et sa couronne comptent 10 millions d'habitants, la plus forte densité de France (+200h/km2).

Pour répondre à l'évolution de l'hygiène et à l'augmentation de la population, de nouvelles sources sont encore captées au XXe siècle. 48 sources réparties autour de Paris fournissent 50% de l'alimentation générale, le reste provenant des eaux de la Seine et de la Marne, filtrées dans les usines de Joinville, Orly, Ivry…

Des changements dans les conditions de vie naissent de nouveaux besoins en assainissement. Dès 1929, un schéma d'assainissement général du département de la Seine est mis en place. Echelonné sur 50 ans, il est déclaré d'utilité publique en 1935 : c'est l'ère de l'épuration industrielle. L'objectif est de transporter toutes les eaux usées de Paris vers la station d'Achères au moyen de quatre grands émissaires d'une longueur totale de 120 km et d'un diamètre intérieur de 4 m. Le site d'Achères s'est fortement développé : à la fin des années 70, il est l'un des plus importants d'Europe. Il peut traiter plus de 2 millions de m3 d'eaux usées par jour. Ce programme a été progressivement réactualisé : modernisation des installations d'Achères et de Noisy-le-Grand, petite station en amont, construction d'une nouvelle usine à Valenton et agrandissement de l'installation expérimentale de Colombes.

En savoir plus…

1900 : mise en service de l'aqueduc du Loing. Mise en service de l'établissement filtrant d'Ivry.
1925 : mise en service de l'aqueduc de la Voulzie.
1935 : création du Service de Contrôle des Eaux de la Ville de Paris.
1936 : création du captage complémentaire des Val d'Yonne. Celui-ci permet d'augmenter progressivement la capacité de production des établissements filtrants de Joinville et d'Ivry.
1950 : mise en service du Barrage Panessière-Chaumard.
1953/1957 : création de captage complémentaire dit des Vals de Seine : 50 000 m3/jour.
1965/1969 : construction de l'usine de traitement d'eau de Seine d'Orly : 300 000 m3/jour.
1966 : mise en service du Barrage Seine.
1968/1975 : création de captages complémentaires de Vert-en-Drouais et Montreuil : 50 000 m3/jour.
1969 : création de l'Institution Interdépartementale des Barrages Réservoirs du Bassin de la Seine (IIBRBS). Cette entente interdépartementale, regroupant la Ville de Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine Saint-Denis et du Val-de-Marne, a pour mission de gérer et construire des barrages réservoirs en amont de la région parisienne afin de réguler le cours de la Seine.
1974 : mise en service du Barrage Marne.
1979 : mise en service de la station-pilote de Joinville.
1983 : mise en service du Port de l'Arsenal.
1994: inauguration de l'usine d'Ivry rénovée et de la nouvelle usine d'eau non potable d'Austerlitz.
1998: mise en service de l'usine d'eau potable de Joinville-le-Pont

La mise en service de trois nouveaux champs captants de Sens (1963), Montereau (1960) et Dreux (1927) a bénéficié du faible coût d'utilisation de l'énergie électrique. En 1955, après la réparation des dommages de guerre, les capacités de production étaient les suivantes :

- 280000 à 450000 m3/ jour (selon les saisons) d'eau de source
- 450000 m3/jour d'eau de Seine et de Marne
- environ 500000 m3/jour d'eau non potable.

Depuis, la capacité de production n'a cessé d'augmenter par la réalisation de grands travaux.

Le dispositif de gestion du service en régie directe a été maintenu jusqu'au 31 décembre 1984. Au 1er janvier 1985, la Municipalité a délégué la gestion de la distribution de l'eau potable et non potable à deux sociétés privées :
- la Compagnie des Eaux de Paris pour la rive droite de la Seine
- la Société Parisienne des Eaux (intégrée au groupe Eau et Force en 1992) pour la rive gauche.
De plus, la nécessité d'engager rapidement un programme de modernisation et de renforcement des moyens de production et de transport des eaux a conduit à la création en février 1987 d'une société d'économie mixte : la Société Anonyme de Gestion des Eaux de Paris (SAGEP).

Cette délégation à des opérateurs privés prend fin le 1er janvier 2010 avec la création d'un service public confié à un opérateur unique, EAU DE PARIS.

Mairie de Paris

*** Du poison dans l'eau du robinet : le documentaire choc sur France 3 :
http://bit.ly/amaCry

A SUIVRE...!

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Du poison dans l'eau du robinet : le documentaire choc ce soir sur France 3...*

***Ce Hors-Série spécial présenté par Marie Drucker ce soir sur France 3. A 20h35, le film de Sophie Le Gall, Du poison dans l'eau du robinet lèvera le voile sur la toxicité réelle de notre eau, région par région.



***Marie Drucker prolongera la soirée avec un épisode de Post-Sriptum où elle recevra la réalisatrice du documentaire, Sophie Le Gall ainsi que Didier Houssin , Directeur Général de la Santé et François Veillerette , spécialiste des polluants chimiques et pesticides, co-fondateur du Réseau environnement Santé.

Une grande partie de l'eau qui coulent dans nos canalisations serait donc polluée et en présence d'éléments toxiques qui à court ou long termes peuvent avoir des effets sur notre santé.

*Du poison dans l'eau du robinet : documentaire choc ce soir...! :
http://bit.ly/amaCry

***A SUIVRE...!

Bien à vous,

Morgane BRAVO

dimanche 16 mai 2010

*Biodiversité : les solutions pour éviter la catastrophe...*


***Dans un rapport, l'ONU redoute que l'appauvrissement de la biodiversité ne devienne irréversible. Pour empêcher ce désastre écologique, l'un des auteurs du texte explique au figaro.fr quels zones géographiques et processus clés doivent faire l'objet d'une attention particulière.

En 2002, les gouvernements du monde entier se donnaient comme objectif de réduire de manière significative d'ici à 2010 l'impact de l'homme sur la biodiversité, autrement dit sur l'ensemble des espèces vivantes présentes sur Terre, les communautés qu'elles forment et les habitats où elles vivent.

Las, les conclusions du troisième rapport quadriennal de l'ONU (Global Biodiversity Outlook 3 GBO3), présentées lundi à Genève, sont franchement déprimantes. Sur les vingt-et-uns sous-objectifs volontaristes, pas un seul n'a été tenu. Seuls quatre ont fait l'objet de «progrès significatifs». Face à ce constat d'échec, quels sont les pronostics pour 2100 ?

L'ONU a identifié des zones et des mécanismes clés appelés «points de basculement*» sur lesquels les pouvoirs publics devront porter tous leurs efforts pour éviter une chute considérable, bien que difficilement mesurable, de la biodiversité mondiale d'ici à la fin du siècle.

Paul Leadley, co-auteur du rapport et directeur de laboratoire Ecologie, systèmes et évolution à Orsay (Paris-sud XI), détaille au figaro.fr quelques uns des points-clés soulevés dans le texte et les mesures à prendre pour y remédier.











http://www.lefigaro.fr/environnement/2010/05/11/01029-20100511ARTFIG00737-biodiversite-les-solutions-pour-eviter-la-catastrophe.php

Bien à vous,

Morgane BRAVO

vendredi 14 mai 2010

*Eco-innovation : Appel A Projets 2010...*

***Il est parfois difficile pour des inventeurs ou des PME innovantes d’accéder aux marchés qui sont susceptible d’exploiter et de faire fructifier leurs innovations. Le secteur de l’éco-innovation ne fait pas exception à la règle.

Or, l’Union européenne (UE) affiche clairement sa volonté de soutenir et de promouvoir l’éco-innovation notamment au travers du plan d’action en faveur de l’écotechnologie dans le cadre du programme pour la compétitivité et l’innovation. Ainsi, entre 2008 et 2013, ce sont près de 200 millions d’euros qui seront mis à disposition des entreprises pour financer des projets qui encouragent l’éco-innovation en Europe.

L’éco-innovation a pour but de modifier profondément nos modes de vie et nos habitudes de façon à réduire notre impact sur l’environnement. Mais on pu noter que l’éco-innovation influence l’économie de façon plus générale par le développement des tous les produits et services à visée environnementale. L’Europe a donc tout à gagner à soutenir ce secteur particulièrement dynamique.

L’objectif des initiatives européennes est tout d’abord de créer un lien entre la recherche et le monde des affaires. Ces financements permettront en effet de faciliter le lancement de produits et de solutions éco-innovants principalement par des PME européennes.

La priorité est donnée aux secteurs qui présentent un potentiel d’amélioration significatif de l’impact que leurs opérations, produits ou services ont sur l’environnement. Dés lors, les domaines qui peuvent se voir attribuer des financements évolueront probablement d’une année sur l’autre, cette évolution étant sûrement influencée par le succès des financements accordés les années précédentes.

En 2009, les 202 dossiers reçus pouvaient être classés en 4 catégories :

• Le recyclage des matériaux,

• Les bâtiments et la construction,

• La nourriture et les boissons,

• L’économie écologique et les achats verts.

L’an dernier le nombre de candidature a augmenté de 50% par rapport à 2008. On remarque parmi ces candidatures que près de la moitié d’entre elles étaient conduites par des consortiums multinationaux et que la majorité des sociétés ayant soumis un dossier sont des PME (70%). Les pays les plus représentés sont alors l’Italie, l’Espagne, la France, la Grande Bretagne et l’Allemagne. Au total, ce sont 45 projets qui ont été sélectionnés et se sont vus répartir une enveloppe de 32 millions d’euros.

A présent l’appel à candidature pour 2010 a été lancé. L’UE espère qu’un nombre toujours plus important de projets, toujours plus innovants lui seront proposés. L’ensemble des entreprises européennes, et même certaines hors UE sous certaines conditions, peuvent déposer un dossier jusqu’au 9 septembre 2010 à 17h.

Nous vous invitons à vous rendre sur le site du programme Eco-Innovation (http://ec.europa.eu/environment/eco-innovation/index_en.htm ) pour avoir tous les détails et surtout pour télécharger le dossier de candidature.

Diane Mullenex
Le Figaro

Bien à vous,

Morgane BRAVO

mardi 11 mai 2010

*La Biodiversité c'est ma nature : APPEL CITOYEN*



Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Les PME et le développement durable...*


Les PME et le Développement Durable...CCIP Hauts-de-Seine.

*Colloque : "Le réseau des réseaux"...CCIP :
http://bit.ly/achccM

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Installation des ruches de la Cité internationale...*

*La Cité Internationale : entre aux Archives nationales...CIUP*
http://bit.ly/cU8QUT

Bien à vous,

Morgane BRAVO







lundi 10 mai 2010

*Grenelle II : les députés continuent de créer des niches fiscales*

***Le projet de loi, dont l'examen s'est achevé vendredi, a donné lieu à la création de nouvelles niches fiscales. Le gouvernement a déposé plusieurs amendements de suppression, avant de faire marche arrière pour une partie d'entre eux.

La promesse du gouvernement de réduire les niches fiscales et sociales ne se traduit pas encore dans les actes. Le projet de loi portant engagement national pour l'environnement (Grenelle II), dont l'examen s'est achevé dans la nuit de vendredi à samedi, a donné lieu à une série d'initiatives parlementaires pour réduire l'impôt sur le revenu, les taxes foncières et l'impôt sur les sociétés, au nom du développement durable. Seule une partie d'entre elles a été écartée par Matignon.

Comment expliquer une telle clémence, au moment où l'exécutif affiche sa volonté de réduire les niches fiscales et sociales de 5 milliards d'euros en deux ans ? Saisie au fond, la commission du Développement durable a enrichi le texte d'une dizaine de niches fiscales avant son examen en séance. Mercredi, le gouvernement a déposé autant d'amendements pour les supprimer. Mais Jean-Louis Borloo semble avoir obtenu gain de cause auprès de Matignon pour qu'une partie des aides fiscales soient finalement retenues. Conséquence : parmi les amendements gouvernementaux déposés sur le site de l'Assemblée, six ont été retirés avant l'examen en séance ! L'enjeu budgétaire est minime - tout au plus quelques millions d'euros -, mais ce revirement en dit long sur la difficulté de François Fillon à imposer l'austérité budgétaire à tous ses ministres.
Modifier certaines dispositions

Parmi les nouvelles niches environnementales, s'ajoutant à la quarantaine déjà existante (voir ci-contre) : le relèvement du crédit d'impôt sur le revenu (de 15 % à 40 %) au titre des travaux prescrits dans le cadre des plans de prévention des risques technologiques. Neuf ans après la catastrophe d'AZF à Toulouse, ceux-ci sont encore rarissimes, ce qui justifie de renforcer le levier fiscal, a estimé le rapporteur Bertrand Pancher. « Il s'agit d'une mesure qui, dans sa rédaction actuelle, est déjà lourde sur le plan des finances publiques », a-t-il reconnu. « Cette majoration n'est pas cohérente avec la volonté du gouvernement de s'engager dans une meilleure maîtrise des dépenses fiscales », a estimé le gouvernement dans son amendement de suppression, avant de faire marche arrière et de le retirer.
Sur le même sujet

Eolien et pesticides ont animé la fin du débat à l'Assemblée

De nouvelles exonérations d'impôt sur les sociétés et de taxe foncière ont aussi été votées en faveur des organismes HLM qui développent des énergies renouvelables. Sur d'autres points, en revanche, le gouvernement a fait barrage aux initiatives parlementaires. Ainsi, les députés d'outre-mer n'ont pas réussi à étendre le crédit d'impôt développement durable à certains travaux spécifiques à l'outre-mer (chauffe-eau solaire…). La commission mixte paritaire, qui réunit 7 députés et 7 sénateurs pour aboutir à la version finale du texte, peut encore modifier certaines dispositions.

Les députés de la majorité sont en fait très divisés, entre les tenants de la rigueur, pour la plupart issus de la commission des Finances, et les autres commissions, exposées à la pression constante des lobbys. « À la commission des Finances, nous nous battons pour essayer de réduire les niches fiscales et de les plafonner. Nous n'allons donc pas en créer de nouvelles alors que nous sommes ruinés ! » a imploré le centriste Charles de Courson jeudi. Excédé par ces nouvelles dépenses, le rapporteur de la commission des Finances, Gilles Carrez, souhaite que les niches, une fois votées dans un texte de loi, soient soumises à un nouvel examen en loi de Finances, pour une application le 1 er janvier suivant. Problème : il se heurte à la résistance de toutes les autres commissions, qui ne veulent pas voir leur pouvoir d'amendement limité.



LUCIE ROBEQUAIN,
Les Echos
10/05/10

Bien à vous,

Morgane BRAVO

dimanche 9 mai 2010

*J'agis pour la Nature : la plateforme de l'écovolo...*



***1 heure, 1 journée, 1 week-end à donner à la nature ? Chacun peut devenir écovolontaire, pas besoin de compétences particulières ! Accueil et soins à d'animaux, entretien de sentiers, écoconstruction, aide aux bergers ou nettoyage de plages... Les activités sont variées et s'adressent à tous ! 1 clic pour s'engager : www.jagispourlanature.org

Une initiative de la Fondation Nicolas Hulot et l'association A pas de loup
Avec la contribution de 17 professionnels gestionnaires de la nature...

Bien à vous,

Morgane BRAVO

samedi 8 mai 2010

*L’UNESCO et la Biodiversité...*


***Depuis ses débuts, l’UNESCO a facilité et catalysé la recherche scientifique au sujet de la science de la biodiversité, par le biais de la coopération scientifique internationale notamment et du programme de l’Homme et de la Biosphère (MAB) principalement ainsi que par celui de contributions importantes à des évaluations scientifiques internationales relatives à la science de la biodiversité, y compris l'Evaluation des écosystèmes pour le Millénaire (EEM) et l’Évaluation internationale des connaissances, des sciences et des technologies agricoles pour le développement (IAASTD).

La biodiversité à l’intérieur de sites naturels désignés par l’UNESCO comme faisant partie du Patrimoine mondial et en tant que réserves de biosphère a été le centre d’études sur la conservation et l’utilisation durable et les liens reliant la diversité culturelle à la diversité biologique ont été activement explorés, notamment dans le contexte du savoir local des communautés autochtones. L’éducation et la sensibilisation à la conservation de la biodiversité ainsi qu’à son usage durable se déroule dans le cadre de la Décennie des Nations Unies pour l’éducation au service du développement durable (DEDD) dont l’UNESCO est le chef de file au sein des Nations Unies.

***Diversité biologique et culturelle,

Sites naturels sacrés et conservation de la biodiversité :

De nombreuses sociétés de par le monde ont accordé un statut spécial aux sites naturels désignés en tant que sacrés – soit par le biais de la reconnaissance des divinités ou des esprits résidents soit en tant que sanctuaires dédiés aux ancêtres. Dans de nombreux cas, les sites sacrés ont été suivis de mesures restrictives avec pour résultat que des bosquets sacrés, des montagnes, des rivières et d’autres endroits sacrés ont servi en tant qu’importants réservoirs de diversité biologique conservant des plantes et des espèces animales uniques et rares. Des associations sacrées et taboues attachées à ces aires naturelles jouent un rôle important dans la protection d’écosystèmes particuliers par les autochtones et les gens du coin. Des espèces de plante particulières des sites sacrés sont souvent utilisés par les guérisseurs, les prêtres et les chamans lesquels en vertu de leur rôle dans la société ont souvent un grand intérêt dans la préservation de tels sites, paysages et écosystèmes.

L’UNESCO-MAB, en collaboration avec ses organisations partenaires et les indigènes ainsi que les gens du coin, a travaillé à la reconnaissance de l’importance des sites naturels sacrés dans la conservation environnementale et la validation des identités culturelles. De nombreuses réunions internationales ont été organisées, telles celle de Kunming (Chine) et celle de Tokyo (Japon) qui ont conduit à la formulation de lignes directrices pour les gestionnaires des aires protégées pour la conservation et la gestion de sites naturels sacrés.

UNESCO

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Le 1er Tour du monde du développement durable...*



***Le 1er Tour du Monde du Développement Durable a eu lieu le vendredi 2 avril 2010 à la Cité internationale universitaire de Paris.

Débats, exposition, visite du Parc Montsouris, interventions de personnalités du monde politique et associatif, marché bio et équitable, ont permis de présenter au public quelques problématiques planétaires d’aujourd’hui et des solutions durables pour y remédier...

Bien à vous,

Morgane BRAVO

mercredi 5 mai 2010

*Le Maroc vire au vert...*

***Récemment, le Maroc s'est engagé à préserver son environnement et ses ressources naturelles. Mais ses richesses sont très convoitées : minerai, or vert…Le Royaume est le premier exportateur de phosphate, il détient aussi la plus grande réserve de cèdres du continent. Dans ses conditions, pas facile de résister aux pressions économiques, à la surexploitation et au trafic.

Cette semaine, nous vous proposons une émission spéciale, une émission au cours de laquelle nous allons découvrir un pays en pleine métamorphose: Le Maroc est en train de changer de couleur et de virer au vert!

Le Maroc est le premier exportateur de phosphate au monde. Ce minerai est exploité à tour de bras pour fabriquer des engrais agricoles. Le Maroc veut doubler sa production dans les années qui viennent. Mais les réserves ne sont pas illimitées. Pour combien de temps encore pouvons-nous compter sur cette ressource?

Dans ce magazine, nous débusquerons aussi un traffic, celui du bois de cèdre. Ces arbres peuvent valoir jusqu'à 10 000 euros pièce, une fortune qui excite toutes les convoitises. Au coeur du Moyen Atlas, les traffics font donc rage...et les réglements de compte sont parfois violents

Dans cette émission, nous nous intéresserons aussi à une autre ressource de plus en plus rare : l’eau ! Nécessaire pour fabriquer les engrais. Indispensable pour abreuver des milliers de foyers.
Dans certaines régions, Le Maroc doit se battre contre la sécheresse et parie désormais sur les usines de dessalement. Les industriels vont désormais puiser l’or bleu au fond des mers et des océans puis la transforment en eau potable. A Laayoune, au coeur du Sahara Occidental, une région particulièrement aride, l'usine ne cesse de s'agrandir.

Jennifer KNOCK
FRANCE24

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Tout sur les lampes basse consommation...*

***L’ ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) a fait paraître une étude sur les lampes basse consommation (LBC) qui répond à toutes les questions que vous vous posez.

Depuis le 30 juin 2009, les ampoules à incandescence d'une puissance supérieure ou égale à 100 W, sont progressivement retirées du commerce en France pour faire place aux ampoules basse consommation. Au 31 décembre 2009, ce sera le tour des ampoules de 75 W, puis celles de 60 W au 30 juin 2010, de 40 W au 31 août 2011, et de 25 W au 31 décembre 2012.

Ces engagements devancent le calendrier de retrait imposé par un règlement européen. ll devrait permettre d'économiser 40 TWh à l'échelle de l'UE d'ici 2020 selon les estimations de la Commission européenne. En France, l'Ademe estime que le remplacement des ampoules à incandescence par des lampes basse consommation (LBC) permettrait d'économiser 8 TWh à l'horizon 2016, soit l'équivalent de deux fois la consommation annuelle d'électricité des habitants de Paris.

*Puce environnement Quelle est leur efficacité énergétique ?
Le remplacement des ampoules à incandescence par des lampes basse consommation (LBC) permettrait à la France d’économiser l’équivalent de deux fois la consommation annuelle d’électricité des habitants de Paris, et de réduire les émissions de CO2 de près d’un million de tonnes chaque année.
L’efficacité énergétique des lampes à incandescence est classée en A ou B, sur les étiquettes énergétiques, alors que celle des ampoules incandescentes varie entre E et G. Ces dernières produisent beaucoup de chaleur (95 % contre 75 % pour les LBC) et peu de lumière (5 % contre 25% pour les LBC).

*Puce environnement Quelle couleur d’éclairage ?
Les lampes basse consommation produisent une lumière « blanc chaud » ou « blanc froid ». Cette précision est indiquée par une « température de couleur » (obligatoire sur les emballages à partir du 1er septembre 2010) : plus cette température est basse et plus la lumière est « blanc chaud » !

*Puce environnement Un retard à l’allumage ?
Les dernières générations de LBC atteignent aujourd’hui très rapidement leur niveau d’éclairage maximum. Les modèles performants émettent 80% de leur flux lumineux dès l’allumage et nécessitent 15 secondes pour stabiliser leur éclairage. Certains modèles sont mieux adaptés aux allumages fréquents et peuvent être fixés sur tout type de luminaire (sauf ceux équipés d’un variateur). Le temps d’allumage et le nombre de cycles allumage-extinction possible seront également précisés sur les emballages à partir du 1er septembre 2010.

*Puce environnement Contiennent-elles du mercure ?
Oui, mais en faible quantité : en moyenne 3 mg de mercure par ampoule (soit deux fois moins que les tubes fluorescents appelés communément « néons »). Le mercure présentant un risque de pollution, il est essentiel de gérer la fin de vie des lampes basse consommation.

*Puce environnement Comment s’en débarrasser ?
Pas dans une poubelle…Les lampes usagées peuvent être déposées auprès des distributeurs qui sont obligés de les reprendre en échange de l’achat d’une ampoule neuve (le « 1 pour 1 ») dans les déchèteries, auprès des collecteurs de déchets et des installateurs électriciens. Les lampes sont ensuite valorisées (93% d’une lampe basse consommation est recyclable) et le mercure extrait est recyclé dans du matériel neuf.

*Puce environnement Émettent-elles des rayonnements électromagnétiques ?
Une étude de l’Office Fédéral pour la Santé de Suisse a déterminé que les niveaux maximum de rayonnement à 30 cm étaient enregistrés aux alentours de 30-60 kHz, c’est-à-dire à des fréquences correspondant aux rayonnements émis par les tubes fluorescents. Ces niveaux sont relativement faibles, et très en dessous des niveaux de référence recommandés par le Conseil de l'Union européenne pour les lampes. L’étude concluait donc : "en ce qui concerne le rayonnement électromagnétique, les LBC émettent un rayonnement à peine plus élevé que celui des lampes à incandescence."

*Puce environnement Coûtent-elles plus cher ?
Bien qu'elles soient plus chères à l'achat, l'Ademe estime que les lampes basse consommation font économiser à un ménage plusieurs dizaines d'euros sur la durée de vie de la lampe. Elles consomment environ 5 fois moins d'énergie que les ampoules classiques et durent plus longtemps. Le remplacement d’une ampoule classique de 60 W par une LBC de 15 W, permet d’économiser 360 kWh pendant sa durée de vie, soit l'équivalent d'un an de consommation avec des ampoules classiques pour un ménage.

28/04/2010
Mairie de Paris

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Paris lance une opération d'échange d'ampoules...*

***Du 4 au 21 mai près de 100 000 ampoules basse consommation seront distribuées aux foyers parisiens les plus modestes. Sont concernées les personnes bénéficiant du Tarif Première Nécessité (TPN) d’EDF. Trois ampoules basse consommation seront remises en échange d’une ampoule à incandescence usagée.

*Chaque foyer bénéficiaire du Tarif Première Nécessité a été invité par courrier à se rendre dans sa mairie d’arrondissement, où trois ampoules basse consommation lui seront données en échange d’une ampoule à incandescence usagée. Cette distribution sera accompagnée de conseils en économie d’énergie, dispensés par des conseillers spécialement formés.

5 GWh/an d'économie d'énergie et 500 tonnes de CO2 évitées

Au total, ce sont près de 100 000 ampoules qui vont être distribuées à 32 000 foyers. Cette opération va permettre de réaliser progressivement environ 5 GWh/an d'économie d'énergie avec près de 500 tonnes de CO2 évitées et chaque foyer économisera près de 15€ par an.

Les ampoules basse consommation sont appelées à remplacer progressivement les ampoules à incandescence d’ici fin 2012.

Moins consommatrices en énergie et à la durée de vie plus longue, elles présentent un coût global (achat plus consommation) plus faible que celui des ampoules à incandescence. Néanmoins, leur prix d’achat, trois à sept fois supérieur à celui des ampoules à incandescence, peut demeurer un point de blocage pour certains foyers.

*La Ville de Paris accompagne les Parisiens à revenus modestes dans ce saut technologique et fait en sorte que, quels que soient leurs moyens, ils puissent bénéficier de dispositifs qui leur permettent à la fois de diminuer leur impact sur l’environnement et leur facture énergétique.


A qui cette opération s’adresse-t-elle ?

Cette opération s’adresse aux 32 000 Parisiens et Parisiennes bénéficiant d’une réduction de la facture d’électricité dans le cadre du Tarif Première Nécessité (TPN) d’EDF. Le Tarif de Première Nécessité permet à tout bénéficiaire de la Couverture Maladie Universelle possédant un logement d’obtenir une réduction sur son abonnement et sur sa consommation d'électricité sur les 100 premiers kWh par mois. En outre, le tarif TPN donne droit à la gratuité de la mise en service. Il est valable pendant un an et peut être renouvelé après validation annuelle des droits par les organismes d’assurance maladie.
Comment en bénéficier ?

Chaque bénéficiaire du TPN a reçu une lettre de la Mairie de Paris au cours du mois d’avril 2010 avec un coupon à échanger dans sa mairie d’arrondissement. Il recevra 3 ampoules basse consommation en échange d’une ampoule usagée et de son coupon.


Une campagne d’affichage a été lancée 3 semaines avant le lancement du projet vers 200 adresses de structures spécialisées : les 20 mairies, les sections d’arrondissement du centre d’action sociale de la Ville de Paris, les services sociaux départementaux polyvalents, les PIMMS, les pôles emploi (ANPE, Assedic), les caisses d’allocations familiales, les centres de protection maternelle et infantile, Médecins du Monde, les Restos du cœur, Emmaüs, les petits frères des Pauvres, la fondation Abbé Pierre.

Où et quand cet échange aura-t-il lieu ?

Les ampoules sont échangées et les conseils en économies d’énergie sont donnés dans chaque mairie d’arrondissement, du lundi au vendredi de 8h30 à 17h00, sauf le jeudi jusqu’à 19h30.
Pour les arrondissements du 1er au 9e inclus, l’opération se déroulera du mardi 4 mai au mercredi 12 mai, et pour les arrondissements du 10e au 20e inclus (qui comptent parmi leurs habitants un plus grand nombre de bénéficiaires du TPN) , du mardi 4 mai au vendredi 21 mai.


Des conseillers seront présents dans chaque mairie d’arrondissement afin de partager des conseils sur les éco-gestes permettant de réduire la facture énergétique. Ils assureront également l’accueil des visiteurs et la distribution des ampoules.

Mairie de Paris

Bien à vous,

Morgane BRAVO

lundi 3 mai 2010

*L'EAU : Conférence de l'Agence universitaire de la Francophonie & CIUP*

***L'Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et la Cité internationale organisent, le mercredi 5 mai, une journée d'échange sur le thème : Des questions à propos de l’eau : pour qui, pour quoi, pour quand, pour où ?.

Les questions sur l’eau engagent la responsabilité de tout citoyen, qu’elle soit individuelle ou collective, dans la mesure où elles nécessitent que chacun se préoccupe de ce que pense l’autre ; elles lui imposent de ne plus s’enfermer dans un égocentrisme qui a souvent sous-tendu certaines théories économiques.

Des "biens publics mondiaux"

Les questions de pollution, de changement climatique, sont au cœur des travaux parfois divergents des scientifiques, des prises de position des politiques et de certaines récupérations par les médias. L’air et l’eau, qui étaient qualifiés de "biens libres" sont passés aujourd’hui au statut de "biens publics mondiaux", biens sous contraintes, à gérer collectivement.

De Marrakech à Ouagadougou

Cette journée permettra de s'informer et de dialoguer de façon interactive, à partir de la Cité internationale qui sera reliée, grâce à un système de visioconférences, à des villes telles que Marrakech ou Ouagadougou.
La matinée sera consacrée à des questions d'ordre général (données de base et organisation des décideurs et des opérateurs dans le monde, panorama des secteurs de la formation et de la recherche), tandis que l'après-midi permettra de présenter des cas pratiques à travers l'expérience de diverses institutions nationales ou internationales, du Nord ou du Sud.

*Le programme complet de la conférence :
http://www.ciup.fr/newsletter/programme_conference_eau_pages.pdf

Bien à vous,

Morgane BRAVO