@ECOLOGIEI

@ECOLOGIEI
2008 création du Blog, From Paris, France : 2006 création du HUB (VIADEO) *21ème Siècle-'ECOLOGIE & INNOVATION': DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIe siècle!2.0* Think Tank International : + de 3000 membres. *Morgane BRAVO Avocat de formation, études & expérience Diplomatique, Sciences Politiques... « Euroblogeur »...2002 en France : Candidate (titulaire) aux élections Législatives, dans la 14ème Circonscription de Paris. 16e arrondissement (Sud). Fondatrice *Morgane BRAVO, from Paris, France. She's graduate Lawyer and have a Master’s degree in Diplomacy & Political Science...Diplomatic experience.

mercredi 30 juin 2010

*DA PRESIDENTE CALDERÓN PUNTUAL SEGUIMIENTO AL DERRAME DE PETRÓLEO...Mexique*


***Communiqué (es) :

La Presidencia de la República informa que el Presidente Felipe Calderón Hinojosa ha dado puntual seguimiento a la evolución del derrame de petróleo en el lado norteamericano del Golfo de México, registrado a partir de la explosión y hundimiento de la plataforma Deepwater Horizon de British Petroleum, el pasado 20 de abril.

El día de hoy, durante su gira de trabajo por el Estado de Veracruz, el Mandatario mexicano supervisó los trabajos y medidas que han realizado en las últimas semanas las Secretarías de Marina y de Medio Ambiente y Recursos Naturales, principalmente, con el fin de hacer frente a los potenciales efectos y riesgos que este desastre ecológico puede representar para las costas mexicanas.

En este marco, especialistas de la Marina presentaron al Mandatario la estrategia que dicha Secretaría ha implementado en esta materia, en coordinación con otras Dependencias Federales, y cuyas principales acciones son:

1. La puesta en marcha del Plan Nacional de Contingencia y del Plan Conjunto de Contingencia entre México y los Estados Unidos.
2. La comunicación constante con la Guardia Costera de Estados Unidos, la vigilancia de la zona costera y marítima, así como el monitoreo de la calidad del agua.
3. El seguimiento del derrame a través de modelos de simulación de trayectoria y dispersión de la mancha de hidrocarburo.
4. Informe semanal a los Gobernadores de los estados costeros del Golfo de México (Tamaulipas, Veracruz, Tabasco, Campeche y Yucatán) sobre el seguimiento de la trayectoria y evaluación de la mancha.
5. Vuelos de reconocimiento frente a la Península de Yucatán, donde hasta el momento no se han visualizado manchas o residuos de hidrocarburos.

Asimismo, los expertos explicaron al Presidente Calderón que personal de la Secretaría de Marina realiza simulacros en Ensenada, Baja California, y en Tampico, Tamaulipas, las ciudades más capacitadas en esta materia y las cuales forman parte de los equipos de respuesta conjunta del Plan Binacional México-Estados Unidos. En esta parte, señalaron que se recibió un reconocimiento por parte de la Guardia Costera de Estados Unidos, ya que el desempeño se observó por encima de las expectativas en cuanto al buen desarrollo del simulacro.

Este conjunto de acciones, expusieron los especialistas, permitirá una oportuna detección de capas de petróleo que amenacen nuestro litoral, así como la puesta en operación de las acciones preventivas y correctivas necesarias. Agregaron que en coordinación con las dependencias Federales involucradas y con los gobiernos estatales de la zona costera del Golfo de México, la Marina Armada de México está lista para hacer frente a los dos potenciales riesgos relacionados con la trayectoria de la mancha de petróleo.

El primero, es que en la temporada otoño-invierno la mancha de combustible derive hacia las costas de Tamaulipas en forma de grumos, plastas y cordones, comúnmente conocidos como “chapo”. Ello debido a que en los meses de octubre a febrero el patrón de la Corriente del Golfo cambia de dirección: de Norte a Sur, desde la desembocadura del Río Mississippi hasta los límites entre Tabasco y Veracruz.

El segundo factor de riesgo lo representa la temporada de huracanes, la cual inició el 1 de junio para el Golfo de México y el Mar Caribe. Durante un huracán sería sumamente difícil pronosticar hacia dónde derivará la capa de aceite y, además, ésta podría cubrir una superficie mucho mayor y sería más complicado controlarla debido a su fragmentación.

Finalmente, los funcionarios de la Secretaría de Medio Ambiente informaron al Jefe del Ejecutivo que hasta el momento no hay registro de especies afectadas, y que el monitoreo continuará de manera permanente hasta que todo riesgo haya sido descartado.

El Presidente Calderón estuvo acompañado por los Secretarios de Gobernación, Fernando Gómez Mont; Relaciones Exteriores, Patricia Espinosa Cantellano; Defensa, Guillermo Galván Galván; Marina, Francisco Saynez Mendoza, y Seguridad Pública, Genaro García Luna; el Gobernador de Veracruz, Fidel Herrera; la esposa del Presidente de la República, Margarita Zavala; entre otras autoridades Federales y locales de Veracruz.

PRESIDENCIA DE LA REPÚBLICA - MÉXICO

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Open for Questions: Energy and Climate Legislation*



Heather Zichal, Deputy Assistant to the President for Energy and Climate Change, takes your questions about clean energy, reducing dependence on fossil fuels and the President's work with Congress to pass energy and climate legislation.
June 29, 2010.

Bien à vous,

Morgane BRAVO

mardi 29 juin 2010

*Maroc : un parc éolien de 250 millions d'euros près de Tanger...*

***Un parc éolien d'un coût de 250 millions d'euros (338 millions de francs) a été inauguré lundi par le roi Mohammed VI du Maroc à Melloussa à 34 km de Tanger (nord). Il s'agit du plus grand parc éolien de "toute l'Afrique", a-t-on appris de source officielle.

La capacité de ce parc "est de 140 mégawatts et il comporte 165 aérogénérateurs. Une part importante de ce projet éolien est financée par la Banque européenne d'investissement avec 80 millions d'euros", selon la même source.

Ce parc est également financé par la banque espagnole Instituto Crédito Official (100 millions d'euros), la banque allemande Kreditanstalt für Wiederaufbau (50 millions d'euros) et l'Office national marocain de l'Eau (20 millions d'euros).

"L'UE accorde la priorité à ce genre d'investissement et se félicite d'avoir financé ce projet", a déclaré Guido Prud'homme, le représentant de la Banque européenne d'investissement lors de l'inauguration.

Selon Yamsmina Benkhadra, la ministre marocaine de l'Energie et de mines, ce parc "fait partie d'un projet global évalué à 3 milliards de dollars. Il sera réalisé en 2020".

"Ce projet global permettra au Maroc d'assurer 42% de sa production énergétique, à raison de 14% par l'éolien, 14% par le solaire et 14% par l'hydraulique", a-t-elle ajouté. "Notre facture pétrolière sera ainsi réduite et nous pourrons assurer notre sécurité énergétique et un développement durable", a conclu Mme Benkhadra.

Le Maroc possède déjà dans la région du nord un grand parc éolien, opérationnel depuis 2000, à Koudia Al Baida. Avec une capacité de 54 MW, il est considéré comme l'une des plus importantes installations de ce type en Afrique.

ats
Tribune de Genève
28.06.2010

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*WHY CLEAN ENERGY? : Revitalize the Economy...*

ORDER IT TODAY!

***Studies show that comprehensive clean energy and climate policies can generate a net increase of 1.7 million new American jobs — jobs that can’t be outsourced and that use the skills of today’s workers. Repowering America with clean energy would also revitalize our manufacturing sector, providing a needed boost to the U.S. automotive industry and to states that are struggling from the loss of factories and mills during the recent economic downturn.

Repowering America with a clean energy economy will also put more of our hard-earned money back into the pockets of working families. With new comprehensive clean energy policies, American households could start seeing savings within just a few years, and these savings could reach an average of $900 per household per year by 2030. Shifting to clean renewable energy sources available here in the U.S. — like the sun and the wind — will also help release us from the grip of volatile energy prices. Coupled with energy efficiency measures, Americans could start to see immediate savings.

Right now, the world’s leading economies and companies are engaged in a race to develop new 21st century technologies to support a global clean energy future. If we want to remain competitive in the global economy, the United States needs to lead this effort — but we are currently lagging behind. Other countries are sharpening their competitive edge already: General Motors uses a Korean company to supply the battery cells for the new electric Chevrolet Volt vehicle – because the most advanced technology of this kind comes from Korean manufacturers — not American manufacturers. With an eye towards the future, China has adopted the most aggressive energy efficiency program in the world, providing incentives and support to rapidly grow their own domestic clean energy economy. America is founded on a spirit of ingenuity, innovation, and hard work. Americans should be leading the transition to a global clean energy future. It’s time to Repower America.

Repower America

***What is Repower America?

Launched in 2008 in a pioneering speech by Al Gore that hit the reset button on America’s clean energy goals, Repower America was first introduced as a bold plan to “repower” our country with 100% clean electricity and revitalize our national energy infrastructure. At its core, Repower America stands for the importance of investing in energy efficiency; clean, renewable and diversified energy sources; a unified national smart energy grid that connects these renewable energy sources to every part of the country; and clean car technology.

In his Repower America speech, Vice President Gore linked America’s current national security, economic and environmental crises to our dangerous over-reliance on carbon-based fuels. Reducing this dependence on foreign oil by investing in renewable energy sources here at home presents a solution common to all three problems. New clean energy jobs in a new clean energy future will repower America – creating millions of new jobs, hastening our economic recovery, strengthening our national security and preserving our planet for future generations. With a clean energy economy, everybody wins.

Building on this momentum, the Alliance for Climate Protection launched the Repower America campaign to galvanize the American public around a bold new clean energy plan and a revitalized national energy infrastructure that will:
Jumpstart our economy and create millions of jobs;
Help end our dependence on foreign oil;
Reward innovation and job creation, not polluters; and
Help solve the climate crisis.

Efforts to secure passage of comprehensive climate and clean energy legislation that supports Repower America’s objectives are conducted by the Alliance’s sister nonprofit, nonpartisan organization, the Climate Protection Action Fund.
Join the movement to transition America to a clean energy economy and help solve the climate crisis.

http://repoweramerica.org/in-your-state

Bien à vous,

Morgane BRAVO

mercredi 23 juin 2010

*Les baleines victimes d'un trafic japonais...*

***Alors que la Commission baleinière internationale se réunit à Agadir cette semaine pour rediscuter du moratoire instauré en 1982, un marin japonais témoigne de l'utilisation de la pêche scientifique à des fins de contrebande.

ans une autre vie, il maniait le couteau sur le pont d'un baleinier japonais, disséquant ces gigantesques léviathans au nom de la recherche scientifique. Aujourd'hui alors que le Japon cherche à mettre fin à 24 ans d'interdiction de chasse à la baleine, l'ancien pêcheur est sorti de l'ombre pour dénoncer le trafic organisé par ses anciens collègues. Chaque hiver, le Japon lance des missions de recherche (vitales selon le pays) dans les eaux glacées de l'Antarctique afin de mieux comprendre les cétacés, mais ces recherches sont aussi l'occasion pour les marins de s'emparer illégalement de la viande afin d'arrondir leurs fins de mois et même dans certains cas de doubler voire de tripler leur salaire annuel, explique cet ancien pêcheur devenu défenseur des baleines. Il se fait appeler M. Kujira (M. Baleine), car sa sécurité est menacée. Mais le risque en vaut la chandelle si le monde entier peut découvrir la face cachée de l'industrie baleinière du japon.

"Avant même d'arriver dans l'Océan Antarctique, les marins les plus expérimentés commencent à parler de la viande de baleine qu'ils vont rapporter chez eux pour la vendre. Ce n'est un secret pour personne. Même les représentants de l'Institut de recherches sur les cétacés [un organisme pratiquement public qui organise le programme baleine du Japon] sur le bateau savent de quoi il retourne, mais ils ferment les yeux. Certains pêcheurs détournaient entre cinq et dix paquets de viande. Un membre de l'équipage avait même réussi à mettre de côté 40 paquets de viande de premier choix, des morceaux qui peuvent atteindre les 180 euros le kilo sur les marchés. Un autre pêcheur s'est fait construire une maison avec l'argent ainsi récolté. Encore un autre s'est acheté une voiture. Ils ne sélectionnaient que les meilleurs morceaux : ceux proches de la queue. Je n'ai jamais osé leur dire quoi que ce soit", raconte-t-il.

Le Japon affirme que l'industrie baleinière, subventionnée à hauteur de près de 10 millions d'euros en 2008-2009, est très raisonnable et efficace. M. Kujira raconte au contraire qu'il arrivait parfois que le nombre de baleines péchées soit largement supérieur aux quotas autorisés, en outre l'équipage se contentait de prélever les morceaux de chair les plus recherchés puis rejetait les carcasses à la mer. Il s'est alors tourné vers Greenpeace. En 2008, l'organisation a lancé une enquête secrète sur le trafic organisé par l'équipe du Nisshin Maru. Deux militants, Junichi Sato et Toru Suzuki, ont intercepté une boîte contenant 23 kilos de chair de baleine - d'un montant estimé à 3 100 euros - dans un entrepôt au Japon qu'ils ont ensuite présenté à la justice comme preuve des malversations de l'équipage. Après avoir accepté d'enregistrer leur plainte, l'affaire a été classée sans suite et Sato et Suzuki ont été arrêtés pour vol et violation de propriété privée.

Les révélations de M. Kujira interviennent dans un contexte très particulier. La Commission baleinière internationale vient de s'ouvrir au Maroc pour discuter de l'éventuelle fin du moratoire sur la chasse à la baleine à des fin commerciales. Les pays qui chassent la baleine devraient alors accepter des quotas de prises plus faibles. Pour préparer cette rencontre, le Japon a eu recours à sa tactique préférée : elle a dépensé sans compter pour influencer les petites îles et même des pays sans accès à la mer au sein de cet organisme de 88 membres. Selon les termes du moratoire mis en place par la Commission baleinière internationale, le Japon est autorisé à pêcher un peu moins de 1000 baleines - surtout des petits rorquals - pour ses recherches scientifiques. La chair des animaux disséqués est ensuite vendue sur les marchés et les profits sont réinvestis dans les futures expéditions baleinières. Si le Japon a toujours nié acheter les voix des membres de la Commission, il reconnaît investir beaucoup d'argent dans le secteur de la pêche de certains de ses alliés et payer les frais des délégations les plus pauvres.

Selon M. Kujira, l'enquête de Greenpeace a contraint les membres des équipages des baleiniers à s'organiser différemment. "Selon mes sources, dit M. Kujira, grâce à la couverture médiatique donnée à l'affaire, la contrebande de viande de baleine s'est arrêtée. Les plus jeunes ont quitté la flotte parce qu'ils ne peuvent plus revendre de la viande de baleine au marché noir. Ils avaient rejoint l'équipage pour la seule raison qu'ils pouvaient se faire beaucoup d'argent à la fin de chaque voyage. C'était le seul avantage d'un boulot très dur. Les plus anciens restent pour pouvoir toucher leur retraite." M. Kujira essaie d'attirer l'attention des médias japonais, mais ces derniers rechignent à critiquer les massacres de baleines alors que le pays est déjà sous le feu des critiques du monde entier.

Justin McCurry 
The Guardian
23.06.2010
Courrier International

mardi 22 juin 2010

*Engagement pour l'environnement (Grenelle 2) (rapport de commission mixte paritaire)*


***Engagement pour l'environnement (Grenelle 2) (rapport de commission mixte paritaire) :

Rapport n° 2635 de MM. Serge Grouard et Bertrand Pancher
http://www.assemblee-nationale.fr/13/rapports/r2635.asp

Dossier
http://www.assemblee-nationale.fr/13/dossiers/engagement_environnement.asp

L'ASSEMBLÉE NATIONALE :
22 juin 2010

*An Update from the President on the BP Oil Spill*



President Obama recorded a message for OFA supporters to update us on the disaster in the Gulf and how we move forward from here.

Bien à vous,

Morgane BRAVO

lundi 21 juin 2010

*L'espèce humaine va s'éteindre dans 100 ans...*

***Changement climatique écologie environnement espèces menacées fin du monde sciences.

Et s'il n'y avait plus rien à faire pour sauver l'humanité? S'il était déjà trop tard? The Australian nous apprend que pour le scientifique australien Frank Fenner, le destin de l'Homme est scellé. Cette éminence en ce qui concerne l'extinction des espèces est plus que sceptique quant à l'avenir de l'espèce humaine :

L'espèce humaine va s'éteindre. Peu importe ce que nous faisons maintenant, c'est trop tard.

Mais quel crédit accorder à cette assertion? Le journal tient à préciser que Fenner est un scientifique reconnu: membre de l'Académie des sciences australienne et de la Royal Society. Son travail a été récompensé par de nombreux prix et il est l'auteur de centaines de textes scientifiques. A 95 ans, le scientifique accorde très peu d'interviews. En matière d'évolution, il s'y connaît. Il a étudié le phénomène sous toutes les coutures: au niveau moléculaire, au plan de l'écosystème jusque dans l'espace.

Selon Fenner, nous allons disparaître parce que nous sommes trop nombreux. C'est donc la croissance de la population mondiale qui est en cause. Si l'on en croit l'ONU, la population mondiale atteindra les 6,9 milliards cette année. Une tendance démographique qui, couplée à ce que Fenner appelle notre «consommation débridée», mènera à terme à la disparition de l'espèce humaine.

La conséquence première de nos modes de vie étant le réchauffement climatique, Fenner n'est pas plus optimiste à ce sujet:

Le rechauffement climatique n'en est qu'à son début. Mais on voit déjà des changements importants dans le temps.

Et d'ajouter:

L'Homo sapiens va disparaître, peut-être en l'espace d'un siècle. Et beaucoup d'animaux aussi. C'est une situation irréversible. Je pense qu'il est trop tard. J'essaie de ne pas trop le dire car il y a des gens qui essaient de faire changer les choses.

Impossible d'échapper à notre destin pour Fenner: on ne fait que repousser l'incontournable.

Si beaucoup de scientifiques partagent ce constat, tous ne sont pas aussi catégoriques sur l'impossibilité de changer les choses. Ainsi, son collègue Boyden, immunologue reconverti dans l'écologie humaine, est plus optimiste:

Frank a peut-être raison, mais certains d'entre nous caressent l'espoir que l'on prenne conscience de la situation. Et qu'on en arrive aux changements nécessaires pour en arriver au développement durable.

En attendant, du haut de son grand âge, Ferner ne peut s'empêcher de cèder au sempiternel «c'était mieux avant». Petite pensée pour les générations futures: «Les petits enfants des générations actuelles vont être confrontés à un monde beaucoup plus difficile.»

Slate.fr

*Article : The Australian
http://www.theaustralian.com.au/higher-education/frank-fenner-sees-no-hope-for-humans/story-e6frgcjx-1225880091722

21 Juin 2010

***A SUIVRE...!

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*L'énergie nucléaire n'améliore pas le bien-être ...*

***Le gouvernement finlandais a donné son autorisation à la construction de deux centrales nucléaires et le Parlement rendra sa décision le 1er juillet. Anni Huhtala, professeur d'économie de l'environnement, lance un avertissement dans sa tribune au quotidien Helsingin Sanomat: "Aucun exemple n'a encore montré comment les centrales nucléaires peuvent améliorer le bien-être ou comment l'on peut équilibrer les avantages que présentent certaines centrales avec les inconvénients dont souffrent certaines autres.

C'est pourquoi l'on doit mener une discussion politico-économique sur les décisions relatives à l'énergie nucléaire, domaine qui concerne toute la population. Investir dans les centrales nucléaires est souvent justifié par le fait que les centrales sont rentables parce qu'elles sont financées au titre de la propriété privée, sans faire appel aux subventions publiques. Mais s'il en est ainsi, pourquoi une autorisation de la part de l'Etat est-elle nécessaire pour le projet ? …

La probabilité de dommages causés par des accidents nucléaires, involontaires ou délibérés, et par le stockage des déchets radioactifs, peut être limitée, mais s'ils interviennent, leurs conséquences sont immenses. Il existe des risques dans toute production mais ceux de l'énergie nucléaire sont si spécifiques que leurs prix ne doivent pas être fixés par les marchés. »

*Article intégral (lien externe, finnois) :
http://www.hs.fi/paakirjoitus/artikkeli/Ydinvoima+on+riski+hyvinvoinnille/1135257746330

Helsingin Sanomat - Finlande
Euro/topics
21.06.2010

Bien à vous,

Morgane BRAVO

vendredi 18 juin 2010

*L'UE augmente sa participation au programme scientifique COST*

***L'UE ajoutera 40 millions d'euros à sa contribution au programme international COST (coopération européenne dans le domaine de la recherche scientifique et technique). L'annonce a été faite par Felipe Pétriz, le secrétaire d'État espagnol à la recherche, lors de la conférence ministérielle de COST qui a eu lieu le 15 juin à Palma de Majorque (Espagne), sous l'égide de la présidence espagnole du Conseil de l'Union européenne.

Le budget de COST s'élèvera ainsi à 250 millions d'euros pour toute la durée du septième programme-cadre (7e PC). La décision fait suite à une évaluation positive du programme à mi-parcours. Elle découle également de réformes majeures réalisées au sein de COST dans le but d'ajuster sa gestion de la stratégie, de la gouvernance et de la science.

Prenant acte des développements dans les opérations de COST ces dernières années et considérant son rôle futur dans le cadre de l'Espace européen de la recherche (EER), la conférence ministérielle concluait que «COST s'est révélé être un outil rapide, intégrateur, efficace et productif» Par conséquent, « il participe à réduire la fragmentation de la recherche au sein de l'EER, et contribue largement à la compétitivité de l'Europe et à son développement socioéconomique».

La conférence a également souligné le rôle important de COST dans la coordination de la science européenne. De par sa position spéciale, «COST doit continuer et doit être encouragé à se développer en tant qu'initiative européenne et moyen de première importance pour mettre en oeuvre et renforcer l'EER».

«Nous pouvons conclure qu'il est certainement très satisfaisant de constater à quel point COST a progressé depuis 2003. Quelqu'un a qualifié de 'renaissance' les six années qui ont suivi la période plutôt difficile des premières années», déclarait M. Pétriz.

«La restructuration profonde des domaines scientifiques de COST s'est révélée être une étape majeure du programme», soulignait M. Pétriz. «Elle a propulsé COST dans le futur, facilitant le développement de nouvelles idées dans les domaines les plus prometteurs de la science. La restructuration n'a pas seulement été obtenue en réduisant le nombre de domaines d'activité de COST, mais en faisant 'table rase' et en établissant une structure complètement nouvelle [...] posant la base même de la stratégie scientifique du programme.»

M. Pétriz ajoutait que, si le programme continue de générer autant d'intérêt, «COST ne devrait rencontrer aucun problème pour son avenir», et devrait rester «un mécanisme extrêmement efficace [...] pour réduire la fragmentation des investissements dans la recherche en Europe coordonnant les initiatives ascendantes et en ouvrant l'EER à une collaboration mondiale».

COST est une collaboration regroupant un total de 36 pays dont des États membres de l'UE, 8 pays associés (Bosnie-et-Herzégovine, Croatie, République de Macédoine, Islande, Norvège, Suisse, Serbie et Turquie) et un pays coopérant (Israël). Le programme a été créé en 1971 pour élargir et coordonner au niveau européen la recherche financée au niveau national.

Avec les programmes-cadres (PC) et le programme EUREKA, COST est l'un des trois piliers de la recherche européenne commune, finançant des projets de recherche qui regroupent des scientifiques venant d'au moins cinq pays.

Actuellement, près de 300 projets sont en cours avec le soutien de COST, dans 9 domaines majeurs (biomédecine et biologie moléculaire; alimentation et agriculture; forêts, leurs productions et leurs services; matériaux, physique et nanosciences; chimie, sciences et technologies des molécules; sciences de la Terre et gestion de l'environnement; technologies de l'information et de la communication; transport et développement urbain; individus, sociétés, cultures et santé).

Déclaration du Conseil à propos de COST :
http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_Data/docs/pressdata/en/misc/115266.pdf

Pour de plus amples informations, consulter:

Programme COST:
http://www.cost.esf.org

CORDIS
2010-06-17

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*P. OBAMA : West Wing Week: 06/18/10 or "Gator-cade »*



17 juin 2010 — Thanks for checking out the West Wing Week, your guide to everything that's happening at 1600 Pennsylvania Ave. Join President Obama this week as he hosts an event for small business owners in the Oval Office, makes his fourth trip to the Gulf Coast, meets with governors, residents and workers to discuss the spill, speaks at the Naval Air Station in Pensacola, gives his first Oval Office address, meets with BP Executives, speaks at the American Nurses Association and much more.

Bien à vous,

Morgane BRAVO

jeudi 17 juin 2010

*Eau : Un juste prix pour promouvoir l’efficience et l’investissement...OCDE*


OECD Secretary-General, says water is a precious resource and must be priced accordingly.

***La conséquence du changement climatique et de la surexploitation de l'eau sera que près d’une personne sur deux vivra dans des régions en situation de stress hydrique d’ici à 2030. Les ménages, l’industrie et l’agriculture se disputeront de plus en plus les ressources en eau, dont seule une petite partie contribuera au maintien des écosystèmes.


Trois nouvelles études de l’OCDE affirment qu’une tarification adéquate de l’eau encouragera les populations à moins gaspiller, à moins polluer et à investir davantage dans les infrastructures d’approvisionnement en eau.

Dans de nombreux pays de l'OCDE, les ménages et l’industrie se voient de plus en plus facturer l’eau qu’ils consomment sur la base de son coût réel. La publication Le prix de l'eau et des services d'eau potable et d'assainissement montre qu’à cette fin on applique des tarifs – les prix pour les usagers – qui tiennent mieux compte de la consommation effective et des coûts du traitement, notamment des prélèvements et de la distribution ainsi que du traitement des eaux usées destiné à éviter la pollution.

La tarification de l’eau et des services d’épuration varie considérablement selon les pays de l’OCDE. Une baignoire d’eau au Danemark et en Écosse peut coûter 10 fois plus cher qu’au Mexique, tandis que les ménages irlandais ne paient pas de redevances directes sur l’eau. La hausse des factures d’eau au cours de la dernière décennie a résulté principalement de l’augmentation des charges pour les eaux usées destinée à couvrir les dépenses d’investissement dans des installations de traitement et d’évacuation respectueuses de l’environnement. Dans beaucoup de pays de l’OCDE, l’évacuation des eaux usées coûte aujourd’hui plus cher que l’alimentation en eau potable.



Trouver le bon équilibre entre les objectifs financiers, environnementaux et sociaux dans les politiques de tarification de l’eau reste un défi dans la plupart des pays de l'OCDE. Par exemple, les personnes à faible revenu en Hongrie et au Mexique consacrent parfois plus de 4 % de leur revenu disponible aux services de distribution et d’épuration de l’eau.

Actuellement l’agriculture utilise plus d’eau que les ménages et l’industrie réunis – environ 70 % des prélèvements d’eau douce à l’échelle mondiale. Alors que la consommation d’eau à usage agricole a diminué dans certains pays, notamment en Europe de l'Est, le rapport Gestion durable des ressources en eau dans le secteur agricole montre que d'autres pays de l'OCDE comme la Corée, la Grèce, la Nouvelle-Zélande et la Turquie ont enregistré des augmentations importantes depuis les années 1990. Des données spécifiques par pays sur la tarification de l'eau à usage agricole sont disponibles pour l'Australie, la Corée, les Etats-Unis, le Japon, le Mexique, la Turquie et l'Union européenne.

Avec une production agricole qui devra doubler d’ici à 2050 pour nourrir une population mondiale qui s’accroît, les agriculteurs auront besoin d'améliorer l'usage qu'ils font de l'eau. Le rapport suggère que les agriculteurs devraient payer non seulement les coûts d’exploitation et de maintenance pour l’eau mais aussi leur part des investissements dans les infrastructures de distribution. Dans les régions où les prix de l’eau pour les agriculteurs ont été relevés, la production agricole n’a pas baissé – l’Australie a réussi à réduire de moitié la consommation d’eau d’irrigation sans perte de production. A noter également, l'utilisation de techniques d'irrigation existantes économisatrices d'eau en Chine et en Inde, deux grands consommateurs d'eau pour l'agriculture, devrait contribuer à maîtriser l'utilisation mondiale de l'eau à usage agricole d'ici 2050.

Les aides publiques pour la production agricole peuvent encourager le gaspillage et la pollution de l’eau. La publication Gestion durable des ressources en eau dans le secteur agricole indique que dans certains pays la réduction du soutien à l’agriculture, notamment au titre de l’eau et de l’énergie, contribue à rendre les exploitations moins polluantes et plus performantes. En outre, souligne le rapport, l’agriculture doit adopter des stratégies à long terme, en introduisant des variétés culturales résistantes aux sécheresses ou aux inondations résultant du changement climatique, pour améliorer l'utilisation de l'eau.

Dans les pays en développement, accroître les investissements dans les infrastructures de distribution et d’évacuation de l’eau est une priorité. À l’échelle mondiale, un milliard de personnes n’a pas accès à un approvisionnement en eau potable et 2.6 milliards ne sont pas raccordés à un réseau d’assainissement. En doublant les investissements annuels – pour les faire passer de 15 milliards USD à 30 milliards USD – on réduirait de moitié la proportion de personnes privées d’accès à ces services essentiels. Ce serait de l’argent bien dépensé – qui sauverait des vies et permettrait de récolter des bénéfices 5 à 10 fois supérieurs à l’investissement initial.

La publication Des mécanismes de financement innovant pour le secteur de l'eau examine comment de nouvelles ressources financières pourraient être attirées pour renforcer l'investissement dans les services de distribution d’eau et d’assainissement. Ainsi, l’État indien du Tamil Nadu a amélioré l’accès aux marchés des capitaux des petites unités de traitement de l’eau par le pooling des projets d’adduction d’eau et d’assainissement dans des programmes d'investissements, et le pooling des différentes sources de capitaux pour en assurer le financement. Cela réduit les risques de défaut de paiement, augmente le volume des ressources financières et fait baisser le coûts de transaction. Parmi les autres mécanismes de financement innovants qui ont été utilisés avec succès et qui semblent prometteurs, on citera les subventions mixtes et les crédits remboursables ainsi que le microcrédit.

*Des mécanismes de financement innovant pour le secteur de l'eau (2010)
Innovative Financing Mechanisms for the Water Sector
http://www.oecdbookshop.org/oecd/display.asp?sf1=identifiers&st1=9789264083653&LANG=FR

OCDE

Bien à vous,

Morgane BRAVO

mercredi 16 juin 2010

***COP16/MOP6 : MEXICO ***



***COP16
MEXICO 2010
CANCUN, QUINTANA ROO
29 Nov -10 Déc

México da la bienvenida tanto a delegados gubernamentales de los Estados Parte de la Convención Marco de Naciones Unidas de Cambio Climático y del Protocolo de Kioto, observadores, funcionarios internacionales, representantes de medios de comunicación y de la sociedad civil organizada.

Como país anfitrión, México promoverá la realización de una Conferencia plural e incluyente, y no escatimará esfuerzos para facilitar la construcción de entendimientos entre los Estados Parte, de manera que la COP16/MOP6 alcance resultados concretos y efectivos que permitan hacer frente al reto global que representa el cambio climático.

De este modo, México fomentará la más amplia participación y diálogo entre los diversos actores involucrados en el desarrollo de la Conferencia, así como en la búsqueda de soluciones comunes.

***SITE (ES/EN) « COP 16 » : http://www.cop16.mx

BIENVENIDO, WELCOME., BIENVENUE...!

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*UNFCCC closing press briefing : Bonn Climate...*



UNFCCC closing press briefing 11 June - Bonn Climate Change Talks June 2010.

11 juin 2010 — Addressing the media on the final day of the Bonn session, UNFCCC Executive Secretary Yvo de Boer said that progress made during the two weeks opens the way for Cancun to deliver the full package of operational measures that will allow developing countries to take faster, stronger action across all areas of climate change.

He underlined the need for governments to make full use of the next two formal sessions ahead of Cancun, as well as the need for intense work at all levels to help and give guidance.

Bien à vous,

Morgane BRAVO

Open for Questions: Gibbs on Oval Address, BP Oil Spill*



15 juin 2010 — Press Secretary Robert Gibbs takes questions submitted and voted on by the public via YouTube following the President's address from the Oval Office on the BP oil spill and clean energy.

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*President Obama's Oval Office Address on BP Oil Spill & Energy*



15 juin 2010 — The President addresses the American people from the Oval Office for the first time on the ongoing Administration-wide response to the BP oil spill and America's clean energy future.

Bien à vous,

Morgane BRAVO

mardi 15 juin 2010

*President Obama Meets with Gulf Coast Residents*



President Obama reiterates his commitment to ensure that residents and small businesses recover from the consequences of the Deepwater BP Oil Spill after a roundtable meeting with local residents in Gulfport, MS. June 14, 2010.

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Assessing the BP Oil Spill Response in Florida*



President Obama says that the Gulf Coast Florida is still open for vacationers and reiterates his Administration's commitment to helping the area deal with the consequences of the Deepwater BP Oil Spill after meeting with Federal, state and local officials at the Fish Sandwich Snack Bar in Pensacola, FL. June 15, 2010.

Robert Gibbs To Take Your Questions on BP Oil Spill:
http://bit.ly/8ZMjhl

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*A First-Hand Look at the Federal Response to the BP Oil Spill*



President Obama details the combined Federal response to the Deepwater BP Oil Spill and reassures residents that the region will bounce back and eventually return to normal after touring a staging facility in Theodore, AL. June 14, 2010.

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*F. Fillon visite l'usine de liquéfaction de gaz naturel...Norvège*



François Fillon visite l'usine de liquéfaction de gaz naturel de Hammerfest en Norvège
le 13 juin 2010.

Bien à vous,

Morgane BRAVO

* BP Oil Spill : Open for Questions...*










Assistant to the President for Energy and Climate Change Policy Carol Browner takes your questions about the Deepwater BP Oil Spill and the Federal response to the disaster.

Bien à vous,

Morgane BRAVO

lundi 14 juin 2010

*Puente basculante más importante de América Latina*


***Inaugura FCH puente basculante más importante de América Latina.

* El Puente Albatros, en Lázaro Cárdenas, Michoacán, requirió una inversión de cerca de 700 millones de pesos
* Reducirá recorrido de mercancías de 22 kilómetros a 8 kilómetros, para salir a la Autopista Siglo XXI


El Presidente Felipe Calderón Hinojosa inauguró el Puente Albatros, un puente levadizo que requirió de una inversión del casi 700 millones de pesos, y que se convirtió, así, en el primero y más importante de América Latina, con el cual se fortalece de manera importante la competitividad del Puerto de Lázaro Cárdenas, Michoacán.

“El Puente Albatros va a ser, ya es, un puente levadizo, vamos a llamarlo así. Va a ser el más importante, no sólo en México, sino en América Latina, de su tipo”, expresó el Titular del Ejecutivo Federal.

Explicó que el puente tiene una longitud de 2.5 kilómetros, y en medio, en el claro, cuenta con una distancia de 60 metros, que es la que se levanta para combinar el flujo naval con el flujo carretero.

“Tiene 16 metros de ancho, cuatro carriles de circulación y va a permitir, además, el acceso directo del puerto, de este lado donde estamos, a la Carretera Siglo XXI, lo cual va a ahorrarle a la Ciudad de Lázaro Cárdenas el enorme flujo vehicular y de carga que, naturalmente, constituye una gran molestia para sus habitantes”, indicó.

Señaló que con ello se atiende no sólo al comercio, no sólo al puerto, no sólo la eficiencia de nuestra economía, sino también al grave problema vial que se vive en Lázaro Cárdenas.

Informó que, en el puerto, el Gobierno Federal está invirtiendo más de dos mil 200 millones de pesos en esta Administración. “Es decir, lo estamos haciendo realmente, si no el mejor, uno de los mejores y más eficientes puertos de México, compitiéndole fuertemente a Veracruz, lo cual va en beneficio de Michoacán e, insisto, en beneficio de México”, agregó el Presidente Calderón.

Y es que, aseveró, “vamos a consolidar a Lázaro como un punto estratégico para el intercambio comercial, no sólo al interior de México, sino entre Asia y el Pacífico con México, Estados Unidos e incluso su cruce hacia Europa”.

Por otra parte, afirmó que en su Gobierno se está impulsando fuertemente la infraestructura. “Yo creo que pueden decirse muchas cosas, aciertos, errores del Gobierno Federal, pero si algo estamos impulsando fuerte, es la infraestructura”, reiteró.

Dio a conocer que en tres años se ha hecho más del doble de infraestructura de lo que se hizo entre 1994 al año 2000, y ya hicimos 20 por ciento más de lo que se hizo en los seis años anteriores.

“Y dije que sería el sexenio de infraestructura y lo está siendo. Estamos cumpliendo con ello. Aquí en Michoacán, aparte de los más de dos mil millones de pesos que le metemos a Lázaro y al puerto, estamos comprometiendo en este año cerca de dos mil millones de pesos más para el estado, tan sólo en materia carretera”, finalizó el Presidente Felipe Calderón.

*Lien ci-dessus!

Bien à vous,

Morgane BRAVO

dimanche 13 juin 2010

*Message du Secrétaire général des Nations Unies...*



Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Climate change and forest managment...*



***Stéphane Le Goaster, an engineer for the French forest administration explains how climate change is taken into account in forest managment in France.

He says: iIPCC simulations on the possible changes in the climate are taken very seriously by forest managers,
who always think in decades or centuries. If we plant, say, an oak tree, were planting it for 200 years.’

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*JEAN-VINCENT PLACE : L’ ECOLOGIE...*





***Extrait de l'émission du samedi 12 Juin 2010.

Emission de divertissement présentée par Laurent RUQUIER. Chroniqueurs :
Eric ZEYMOUR (écrivain et journaliste politique du Figaro).
Eric NAULLEAU (écrivain, éditeur et critique littéraire).

Au sommaire :
JEAN-VINCENT PLACE
Vice-président de la région Ile-de-France


***Hélas, en effet : « Eric #Zemmour n'a toujours rien compris de l' #ecologie ! il pense que c'est un épiphénomène sociologique post 68 »!

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*De l'électricité, de l'eau et de l’hydrogène...*



De l'électricité, de l'eau et de l'hydrogène bientôt produits par des îles solaires artificielles ?

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Éruptions solaires : de fortes perturbations à craindre sur Terre ?*

***Le Soleil deviendra bientôt beaucoup plus actif qu’il ne l’est aujourd’hui. On devrait ainsi pouvoir observer de nombreuses éruptions solaires qui, bien que très esthétiques, pourraient se révéler dangereuses pour l'activité humaine.

Cette hausse d'activité pourrait en effet avoir d’importantes conséquences sur les satellites orbitant autour de la Terre, et des experts se sont déjà réunis mardi dernier afin de trouver des solutions pour protéger ces équipements.
Le Soleil est l'une des étoiles de la Voie Lactée. Il connaît des périodes de repos durant lesquelles son activité est réduite (onze ans en général). Une période d'activité se différencie d’une période de repos par la présence de taches sombres à la surface de l'astre : tous les onze ans en moyenne, il n’y a alors plus vraiment d’éruptions ni de projections de matière.

Durant les périodes de forte activité, comme celle que le Soleil connaîtra bientôt, des éruptions solaires ont lieu. On peut alors observer de gigantesques panaches à la surface du Soleil, lesquels dégagent des particules qui peuvent endommager les équipements électroniques de la Terre, notamment les GPS, les appareils aériens et les radiocommunications.
Une importante éruption solaire pourrait provoquer une perte économique vingt fois supérieure à celle causée par l’ouragan Katrina, selon l’Académie américaine des sciences. C’est pourquoi la capacité à prévoir ces éruptions est devenue capitale. Il faut notamment, avant leur survenue, mettre les satellites en mode sécurisé et protéger les équipements électroniques d’éventuelles surcharges.

La Nasa et la NOAA (National oceanic and atmospheric administration) ont ensemble mis en place plusieurs satellites capable de surveiller le Soleil et de prévoir ses changements d’activité. L’engin spatial Stereo (Solar terrestrial relations observatory) est même capable d’observer 90% de la surface du Soleil.

Pour découvrir les images du Soleil : http://www.maxisciences.com/soleil/le-soleil-et-ses-differentes-phases-d-039-activite_art7760.html

Bien à vous,

Morgane BRAVO

samedi 12 juin 2010

*Un réseau mondial sur la biodiversité va être créé*


***Un grand pas a été franchi, vendredi 11 juin, vers la création d'un réseau mondial d'expertise sur la biodiversité, à l'image de ce qui existe depuis 1988 pour le climat à travers le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC). A l'issue de cinq jours de négociations, quelque 90 Etats, réunis à Pusan (Corée du Sud) sous l'égide des Nations unies, ont adopté à l'unanimité une recommandation favorable à la création d'une Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES en anglais).

Le faire-part de naissance ne pourra cependant être publié qu'après l'adoption de cette recommandation par l'Assemblée générale des Nations unies, en septembre, à New York. Si le risque de rejet ne peut être exclu, il semble cependant très mince aux yeux des négociateurs qui, depuis cinq ans, bataillent pour que la préservation de la biodiversité planétaire, l'autre grand défi environnemental de ce siècle avec le changement climatique, puisse être appréhendée à partir des connaissances scientifiques les plus incontestables.

L'idée de cette plateforme, dont l'ambition est d'éclairer les décisions que doivent prendre les gouvernements à un moment où la nature disparaît à un rythme sans précédent dans l'histoire de l'humanité, est née en 2005, après la publication de l'Evaluation des écosystèmes pour le millénaire.

Ce rapport, réalisé sous l'égide des Nations unies grâce aux contributions de près de 1 400 scientifiques, offrait une vision globale et ô combien inquiétante de l'état des ressources naturelles dont dépendent les sociétés humaines pour leur survie : effondrement des stocks halieutiques, mortalité élevée des récifs coralliens, destruction des grandes forêts tropicales...

La France a été un des premiers pays - et pendant quelques années le seul - à défendre cette idée d'un GIEC de la biodiversité, avant que le Programme des nations unies pour l'environnement (PNUE) n'endosse en 2008 le projet et ne réussisse à convaincre les plus réticents. Vendredi à Pusan, la délégation française ne cachait pas sa joie : "La communauté internationale a pris conscience que la préservation de la biodiversité est une pièce indispensable du bien-être de l'humanité", se félicitait Claude-Anne Gauthier de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité.

L'IPBES, comme le GIEC, sera donc une organisation intergouvernementale dont la mission première sera de fournir aux gouvernements des évaluations et des scénarios sur l'évolution à venir de la biodiversité mondiale. Les pays en développement, où se concentre la plus grande diversité naturelle, ont cependant exigé d'encadrer étroitement le mandat des scientifiques, afin que l'IPBES ne joue pas les donneuses de leçon à l'égard d'Etats peu respectueux de leur patrimoine naturel.

Le Brésil et la Chine se sont ainsi montrés particulièrement offensifs dans la défense de ce qu'ils considèrent comme relevant de la souveraineté nationale : l'IPBES ne pourra ainsi faire aucune recommandation de politique publique. De même, la feuille de route des scientifiques devra être approuvée par consensus, c'est-à-dire à l'unanimité des Etats membres. Ce verrou permettra d'écarter quelques sujets embarrassants comme celui, par exemple, de l'extension des cultures de biocarburants au détriment de la protection des forêts primaires.

La possibilité de laisser les organisations non gouvernementales (ONG) saisir directement l'IPBES a également été écartée. Les ONG, qui contribuent pourtant beaucoup à la production des connaissances dans le domaine de la biodiversité, resteront de "simples observateurs". "Les gouvernements redoutent le savoir des scientifiques, nous l'avons clairement senti", témoigne Anne Larigauderie, présidente de Diversitas, un programme regroupant plusieurs milliers de scientifiques.

La question de l'utilisation des études produites par ces ONG a d'ailleurs fait l'objet de vives discussions. C'est en effet sur le crédit accordé à cette "littérature grise" que se sont fondées certaines attaques contre le GIEC ces derniers mois. Il a été décidé que les évaluations de l'IPBES ne pourraient s'appuyer que sur des études "crédibles scientifiquement, indépendantes et revues par des pairs".

Pour accepter de monter dans le train de la nouvelle organisation, les pays en développement avaient aussi exigé que les pays industrialisés financent le renforcement de leurs capacités scientifiques, ceci afin qu'IPBES ne soit pas dominée par les chercheurs du Nord. Ils ont obtenu gain de cause : un fonds alimenté par des contributions volontaires sera créé.

Beaucoup de points restent à clarifier, mais, vendredi, à Pusan, tout le monde avait le sentiment que le plus dur était fait. Avec l'espoir que l'IPBES donnera à la crise de la biodiversité la même visibilité qu'a su donner le GIEC au changement climatique.

Laurence Caramel
Le Monde
13.06.10

Bien à vous,

Morgane BRAVO

vendredi 11 juin 2010

*« Passage au vert »...Ushuaia *



http://www.wat.tv/video/pav-em-17-2trzd_2huyr_.html

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*COMPTE RENDU : Journée Mondiale pour un Tourisme Responsable*


*Compte rendu de la 4ème édition de la Journée Mondiale pour un Tourisme Responsable qui s’est déroulée le 2 juin dernier au Conseil régional d’Ile-de-France.

Cette édition 2010 avait pour thème « Le patrimoine rural, une énergie essentielle pour un tourisme facteur de développement des territoires » et comme territoire à l’honneur : les Balkans.


A Paris, le 09 juin 2010
Journée animée par David Eloy, rédacteur en chef d’Altermondes

10h00: Ouverture de la Journée Mondiale pour un Tourisme Responsable par Monsieur Jean‐Paul Planchou, Vice‐ Président du Conseil Régional d’Île‐de‐France chargé du développement économique, de l’emploi, des NTIC, du tourisme, de l’innovation et de l’économie sociale et solidaire, ainsi que par M. Jean‐Claude Mairal, Président de la plate‐forme nationale « Coopération et Tourisme Responsable ».

La 4ème édition de la Journée Mondiale pour un Tourisme Responsable a été ouverte cette année par M. Jean‐ Paul Planchou, Vice‐Président du Conseil Régional d’Île‐de‐France chargé du développement économique, de l’emploi, des NTIC, du tourisme, de l’innovation et de l’économie sociale et solidaire. Ce dernier nous a fait part de l’engagement du Conseil Régional d’Île‐de‐France pour un tourisme responsable. Il a ainsi montré l’importance de l’activité touristique pour la région. 50% de l’activité économique de la région est réalisée par les touristes durant les week‐ends. De plus, il a noté une sensibilité croissante des touristes venant dans la capitale pour l’environnement. Enfin, M. Planchou nous a confié le travail actuel d’un nouveau schéma régional du tourisme qui sera finalisé cette année et dont la prise en compte du développement durable sera plus que réelle.
M. Jean‐Claude Mairal a pris ensuite la parole afin de remercier les organisateurs de l’avoir choisi comme parrain de cette édition. Très impliqué par les questions de territoires et de patrimoines ruraux, il a fait un bref historique sur le tourisme responsable depuis cette première réunion en 2000 avec la Secrétaire d’Etat au Tourisme de l’époque Mme De Messines. Puis, il a voulu rendre hommage à l’une des pionnières du tourisme responsable en France en la personne de Dora Valayer qui a commencé à parler de ces problématiques dès les années 80. Il a fini son discours en précisant que les territoires ruraux offraient des atouts indéniables pour le tourisme et que cette activité avait les possibilités de répondre aux graves problèmes auxquels les territoires ruraux seront confrontés dans les décennies à venir (faim dans le monde, exode rural, etc.).
10h25: Présentation de la Coalition Internationale pour un Tourisme Responsable et du concept de tourisme responsable par les représentants de la CITR.

Les membres du bureau de la CITR ont alors pris la parole afin de présenter leur structure par le biais de Véronique Fayard, sa présidente, puis Julien Buot, son secrétaire général et enfin Guillaume Cromer, son vice‐ président. La CITR possède ainsi 125 membres à l’international dans 46 pays à ce jour, principalement des associations et professionnels liés aux secteurs du tourisme et du développement durable. Il a également été précisé que cette Journée Mondiale du 2 juin était un évènement que l’ensemble des acteurs engagés, en France ou dans le monde, pouvait prendre à leur compte en organisant des évènements, à l’instar de la Semaine Européenne du Développement Durable ou de la Semaine de la Solidarité Internationale. Par exemple, cette année, la Journée Mondiale pour un Tourisme Responsable est organisée à Paris, à Rennes, à Chambéry ainsi que dans plusieurs pays du monde comme en Italie, au Bénin, au Cameroun ou encore au Nigéria.

1
COMPTE RENDU JUIN 2010 – 4EME EDITION DE LA JOURNEE MONDIALE POUR UN TOURISME RESPONSABLE
Puis, Guillaume Cromer nous a présenté brièvement le concept de tourisme responsable en précisant que ce tourisme peut être réalisé ou pratiqué par tous, que ce soit en ville ou en bord de mer en faisant des activités sportives, culturelles ou plus farniente.
10h35: Retour sur la 3ème édition de la Journée Mondiale afin de faire le point sur le thème « Tourisme & ressources en eau » par Jean‐Pierre Lozato‐Giotard, responsable du Master II "Ingénierie et Management de Projets Touristiques" au sein de l'Institut Catholique de Paris et l’invité 2009 : le Cameroun par Guillaume Cromer, consultant en tourisme durable au sein de SPE Tourism.
Comme chaque année, les organisateurs de la JMTR ont décidé de revenir sur le thème et le territoire mis à l’honneur un an auparavant afin de faire le point sur les avancées sur ces questions. Ainsi, M. Jean‐Pierre Lozato‐Giotard, responsable de Masters à l’Institut Catholique de Paris a représenté les dangers de la non‐ prise en considération de la problématique de l’eau dans les projets touristiques. Il a ainsi montré les liens précis entre la problématique des ressources en eau et les activités touristiques que ce soit dans les stations balnéaires où les risques de désensablement des plages sont réels, dans les stations de ski avec les canons à neige, dans les villes côtières où les pénuries en eau menacent ou encore dans les sites touristiques sous serre qui pourraient être la solution de demain... Sur plusieurs exemples pertinents, il a montré que l’adage « Sans eau, pas de tourisme » était plus que jamais d’actualité !
Puis, Guillaume Cromer, au nom du cabinet SPE Tourism, est revenu sur la destination Cameroun. Il a tout d’abord précisé les conclusions qui ont été établies à la fin de l’édition 2009 de la JMTR mettant à l’honneur le Cameroun et les ressources en eau. Il a ainsi montré que la problématique de l’accessibilité à l’eau mais également celle de l’assainissement dans les pays du Sud étaient des questions plus que liées au développement du tourisme. En effet, comment imaginer un développement touristique dans un pays où les populations locales n’ont même pas d’accès à l’eau potable ou à un assainissement de base. Il a ainsi parlé d’indécence du tourisme, terme qui avait été utilisé l’an dernier par Frédéric Denhez, auteur de l’Atlas du Changement Climatique.
Guillaume Cromer est également revenu sur la situation au Cameroun en matière d’accessibilité à l’eau où le pays ne fait toujours pas les efforts suffisants pour développer une vraie stratégie d’accessibilité à l’eau et à l’assainissement pour les populations où les niveaux d’investissement dans ces domaines restent encore bien trop faibles.
Enfin, il a évoqué les avancées et une certaine sensibilité croissante des pouvoirs publics camerounais et surtout des associations locales pour un tourisme responsable avec par exemple le travail d’associations comme Afrecam ou Tockem et la création début 2010 de l’Association de la Presse pour un Tourisme Responsable.
11h20: Présentation du thème 2010 « Tourisme « Le patrimoine rural, une énergie essentielle pour un tourisme facteur de développement des territoires » par Sébastien Rayssac, docteur en géographie et aménagement du territoire à l’Université de Toulouse, Pierre‐Martin Gousset, consultant en tourisme responsable et fondateur de TDS et Caroline Engalenc, coordinatrice évènementiel et animatrice des réseaux "Patrimoine rural et Europe » de l’association Source.
Le thème mis à l’honneur cette année « Le Patrimoine rural, une énergie essentielle pour un tourisme responsable de développement des territoires» a été présenté par un panel de 3 intervenants complémentaires dans leurs interventions. C’est Sébastien Rayssac, docteur en géographie et aménagement du territoire à l’Université de Toulouse 2 qui a débuté la présentation en nous expliquant que les territoires ruraux étaient actuellement au croisement de deux chemins, celui du déclin et celui du renouveau. D’un côté, lez zones rurales sont durement touchées actuellement par les problématiques d’exode rural, d’une agriculture menacée mais, d’un autre côté, le regard de la société sur le monde rural est en train d’évoluer positivement. On ne voit plus les campagnes comme un milieu en retard, coupé de tout mais plutôt comme un espace préservé avec un environnement sain et agréable. Depuis le début du 21ème siècle, on éprouve un intérêt croissant pour ces milieux et des politiques précises sont mises en place pour les développer comme les pôles d’excellence rurale.

2
COMPTE RENDU JUIN 2010 – 4EME EDITION DE LA JOURNEE MONDIALE POUR UN TOURISME RESPONSABLE
Puis, Sébastien Rayssac a balayé la diversité des patrimoines ruraux existants, en présentant successivement les patrimoines bâtis, les patrimoines naturels et les patrimoines immatériels. Cela a permis de montrer l’étendue et la diversité des patrimoines existants pour les territoires ruraux, des églises et chapelles aux fêtes et langues historiques en passant par la gastronomie ou encore les parcs naturels régionaux.
Il a conclu en expliquant que la valorisation des patrimoines ruraux était l’occasion de mieux comprendre nos sociétés et de mettre en évidence l’identité de chaque territoire, tout en les transformant en ressources pour permettre à ces territoires de perdurer.
Caroline Engalenc, coordinatrice évènementiel et animatrice des réseaux "Patrimoine rural et Europe » de l’association Source, a ensuite pris la parole pour expliquer l’intérêt de valoriser les patrimoines ruraux pour les différents acteurs locaux. L’association Source,centre national de ressources sur le territoire et le tourisme rural, vient de finaliser une étude nationale intitulée Equal Depart sur le tourisme rural.
Il a ainsi été mis en évidence le rôle de la valorisation des patrimoines ruraux comme une véritable valeur ajoutée pour les territoires, non seulement économique mais également pour la mobilisation des habitants et l’ensemble des acteurs locaux. C’est ainsi l’occasion de mettre en évidence des perspectives d’avenir pour les acteurs locaux mais également un moyen de mutualiser les compétences et les outils. Un exemple intéressant est le développement des pôles d’excellence rurale. Enfin Caroline Engalenc a conclu son intervention en expliquant que la valorisation des patrimoines ruraux par le tourisme est un enjeu qui dépasse largement la question de l’emploi en parlant de l’enjeu humain tout simplement. Il est donc nécessaire, selon elle, d’aller à l’encontre de la vision classique purement économique et de montrer également les conséquences positives sociales de la valorisation des patrimoines pour le développement des territoires ruraux.
M. Pierre Martin‐Gousset a finalisé cette introduction en présentant les enjeux marketing du tourisme responsable pour les territoires ruraux. Pierre est le co‐fondateur de TDS Voyage et aujourd’hui consultant sur ces thématiques. Il a ainsi montré, par le biais de l’étude TNS Sofres – Voyages‐sncf.com, l’intérêt croissant des clients et des professionnels pour le tourisme responsable. Il précise que l’approche de tourisme responsable est inscrite dans les gènes du tourisme rural étant donné les spécificités des territoires et des valeurs rurales. Il dit ainsi que les territoires ruraux ont un avantage concurrentiel certain par rapport aux autres territoires. Il finalise son intervention en précisant que le tourisme responsable permet de donner du sens aux pouvoirs publics par rapport à la démarche globale de développement durable qui reste encore assez floue pour de nombreux responsables politiques.
13h30: Conférences sur des projets liant le tourisme à la question du patrimoine rural
‐ Jean‐Marie Perrier, président d’Accueil Paysan : Accueil Paysan en France et à l’international
Accueil Paysan est un réseau d’accueil en milieu rural principalement géré par des agriculteurs ou des néo‐ ruraux. Jean‐Marie Perrier nous explique que la situation des agriculteurs s’est considérablement dégradée ces dernières années en France car les agriculteurs sont aujourd’hui mis en concurrence sur le marché international. Par exemple, plus de 10% des agriculteurs sont au RSA et les dossiers augmentent chaque mois un peu plus. Encore pire, en 2009, on a décompté un suicide par jour pour les agriculteurs français. Aujourd’hui, Jean‐Marie Perrier montre que le tourisme peut être un revenu complémentaire. Avec 8% de croissance en 2009, Accueil Paysan attire de plus en plus de clients malgré un nombre d’adhérents qui baisse sensiblement.
Accueil Paysan ne souhaite pas développer outre‐mesure le réseau à l’international mais de nombreux pays cherchent actuellement à développer des réseaux de tourisme rural tels que celui d’Accueil Paysan. C’est le cas au Burkina Faso présenté dans un exemple par Jean‐Marie Perrier mais également dans plusieurs pays d’Asie du sud‐est.
Suite aux questions du public, Jean‐Marie Perrier a précisé que les hôtes des pays du Sud comme au Burkina Faso apportaient plusieurs choses primordiales aux touristes comme les valeurs de la famille, de la protection de l’environnement et l’humanité.

3
COMPTE RENDU JUIN 2010 – 4EME EDITION DE LA JOURNEE MONDIALE POUR UN TOURISME RESPONSABLE
‐ Expedit Ago, Fédération béninoise des organisations de tourisme solidaire et responsable: La valorisation du patrimoine rural par le tourisme au Bénin
Expedit Ago, membre de la Fédération béninoise des organisations de tourisme solidaire et responsable, est venu nous parler d’un projet pilote réussi dans le nord‐ouest du Bénin, celui de l’éco‐village de Tanongou, à proximité du Parc National de la Pendjari. Sur le village, ils ont mis en place plusieurs activités touristiques (hébergement chez l’habitant, restauration, guidage, artisanat, etc.) en valorisant les patrimoines locaux, qu’ils soient naturels, culturels ou humains. Ils ont également développé diverses productions maraichères et agricoles afin de coupler l’activité touristique. C’est ainsi que la création de 58 micro‐entreprises villageoises opérationnelles ont permis d’accueillir 3416 touristes en 2009 et générer plus de 8300€ de recettes. La réussite de ce projet leur a permis de recevoir le prix national « Trophées de la décentralisation : meilleure initiative économique locale » cette même année.
‐ Sarah Devisme, Caritas International Belgique : Dynamique territoriale pour le développement du tourisme rural en Bosnie Centrale.
Le dernier projet pilote mis en lumière permet de faire le lien avec la table ronde de 15h, avec le territoire des Balkans mis à l’honneur. Sarah Devisme travaille au sein de Caritas International Belgique sur un projet de coopération internationale en Bosnie Centrale. Sarah Devisme a ainsi décrit le territoire de Bosnie Centrale dans son contexte historique. Ainsi, la Bosnie centrale a été durement touchée par la guerre et tente actuellement de se reconstruire. La Bosnie est considérée selon Sarah Devisme comme le Jérusalem d’Europe.
Alors que l’industrie du pays est en faillite, de nombreuses populations sont encore tournées vers l’agriculture. C’est ainsi que ces familles rurales vulnérables sont au cœur du processus du projet de coopération. Malgré les richesses du pays, l’image de la Bosnie reste encore assez mauvaise sur le marché touristique. Pourtant, les potentialités sont là, nombreuses comme l’écotourisme ou la valorisation des traditions locales.
Sarah Devisme a ainsi présenté le projet pilote mené à Fojnica d’appui à l’agriculture familiale et au développement d’un écotourisme rural. Le projet s’est appuyé sur 3 domaines d’activités à tout moment : l’agriculture, le tourisme et la préservation de l’environnement. Le tourisme rural est ainsi apparu comme un véritable outil de redynamisation pour les villages de Fojnica. La création de produits touristiques ont ainsi été développés comme l’hébergement dans les refuges et gîtes, la randonnée, la réalisation d’une route des producteurs ou encore la création de cartes touristiques de la région. Suite à la réussite de ce projet, des prolongements ont été réalisés avec par exemple la mise en place d’un projet similaire en Serbie Centrale, des actions supplémentaires en Bosnie Centrale comme le développement du micro‐crédit ou la réhabilitation de maisons rurales traditionnelles, la création d’Alterural, une association pour le développement et la professionnalisation du tourisme rural en Bosnie. Sarah a conclu sa présentation en expliquant qu’il ne fallait pas uniquement penser à un tourisme nord‐sud mais également à un tourisme est‐ est, c'est‐à‐dire un tourisme intérieur car il y a véritablement un marché au sein des Balkans grâce essentiellement aux différentes diasporas.
15h00: Table ronde animée par David Eloy, rédacteur en chef d’Altermondes Territoire à l’honneur : les Balkans
« Tourisme responsable et patrimoine rural dans les Balkans: comment valoriser les traditions locales au sein d’espaces ruraux fragiles »
‐ Bernard Lory maître de conférences pour les civilisations des pays balkaniques à l'INALCO
M. Bernard Lory a débuté cette table ronde par la présentation objective du territoire des Balkans en montrant toute la complexité de cette zone géographique. Certains états d’Europe du sud‐est se considèrent comme appartenant aux Balkans alors que d’autres refusent cette appartenance. Il explique également qu’au sein de

4
COMPTE RENDU JUIN 2010 – 4EME EDITION DE LA JOURNEE MONDIALE POUR UN TOURISME RESPONSABLE
ces pays, il n’y a pas spécialement de paysages spectaculaires à l’instar du Grand Canyon et qu’il y a donc une forte compétition sur le marché de l’attractivité touristique par rapport à d’autres destinations en Europe. Il présente également les monuments des Balkans comme intéressants sans pour autant entrer dans la catégorie des monuments spectaculaires.
Il précise enfin que, suite aux périodes de guerres dans ces pays, le tourisme est aujourd’hui une bouée de sauvetage pour faire rentrer des finances. C’est pour cette raison que des pays comme la Croatie ou le Monténégro ont développé de manière excessive leur tourisme balnéaire ou encore la Bulgarie sur certaines stations de ski. Il qualifie ce tourisme de tourisme de masse, bas de gamme.
‐ Julie Quetier chargée de programme Courrier des Balkans : ouverture sur la vision politique des
Balkans
Julie Quetier, chargée de programme au Courrier des Balkans a ensuite poursuivi la présentation du territoire des Balkans d’un point de vue plus politique. Elle a ainsi identifié les différents conflits latents sur ce territoire, principalement le conflit au Kosovo, celui entre la Macédoine et la Grèce mais également les problématiques liées à la corruption générale dans plusieurs états des Balkans ainsi que les différents trafics de drogues et de prostitution que l’on peut retrouver dans cette zone de l’Europe.
‐ Jean Claude Mairal : Président de la plate‐forme nationale « Coopération et Tourisme Responsable » ‐ Coopération décentralisée dans les Balkans Jean‐Claude Mairal, parrain de cette édition, a ensuite pris la parole pour préciser que le tableau peint par Julie Quetier et Bernard Lory n’était certes pas très positif mais réaliste et qu’il est très important de partir d’un constat comme celui‐là pour avancer et trouver les projets qui feront avancer le territoire des Balkans et les différents pays qui le compose. L’un de ces projets positifs est celui de la Coopération France –Balkans, représentée par Biljana Zasova.
‐ Biljana Zasova, ALDA (Association des Agences de la Démocratie dans les Balkans)
Biljana Zasova a donc pris la parole pour présenter le programme de Coopération France – Balkans dirigé par ALDA, l’association des Agences de la Démocratie dans les Balkans. Elle a ainsi mis en évidence l’importance du tourisme pour les territoires balkaniques, tel un levier important pour le développement des territoires en impliquant les autorités locales. Elle a ainsi développé assez largement ce point en montrant l’importance de la coopération décentralisée que ce soit pour la France et pour les pays des Balkans.
‐ Marie‐Reine Bernard, référent Tourisme Responsable en Croatie chez Accueil Paysan
David Eloy a ensuite donné la parole à Marie‐Reine Bernard, travaillant sur le projet d’Accueil Paysan en Croatie. Elle a ainsi démontré qu’il existait un autre tourisme du côté de la Croatie, même à proximité de Dubrovnik, sa capitale. Cela fait maintenant 10 ans que le projet a été lancé du côté de la Croatie où Marie‐ Reine Bernard cherchait au départ à reconstruire les maisons suite à la guerre d’une manière à les ouvrir également aux autres, aux visiteurs. C’est en lisant la charte éthique d’Accueil Paysan qu’elle s’est retrouvée et qu’elle a souhaité développer ce concept du côté de la Croatie. Selon elle, les atouts du territoire croate sont les paysages de moyenne montagne et la proximité avec la mer et surtout l’hospitalité exceptionnelle des populations locales. Le projet fonctionne aujourd’hui très bien grâce à l’image positive de la Croatie en France. La principale difficulté rencontrée pour elle était de convaincre les populations locales de revenir à un modèle collectif comme Accueil Paysan le demande alors que le pays souhaitait sortir d’une vision collectiviste.
‐ Arnaud Trollé, Savoir Faire et Découverte, Coopération décentralisée en Macédoine
Arnaud Trollé, au nom de l’association Savoir Faire et Découverte, a présenté un projet de coopération décentralisée entre la région Basse‐Normandie et la Macédoine auquel il a participé au nom de son association. Le projet a pour objectif d’organiser des stages participatifs entre des Bas‐Normands et des Macédoniens pour revaloriser le riche patrimoine local dans les Balkans.
Il a ainsi présenté un film documentaire qui montre bien, pour les populations locales et pour les visiteurs, tout l’intérêt de reconstruire le patrimoine bâti présent en Macédoine selon les traditions locales. Les jeunes locaux comprennent ainsi tout l’intérêt de revaloriser les matériaux naturels présents au niveau local pour reconstruire.

5
COMPTE RENDU JUIN 2010 – 4EME EDITION DE LA JOURNEE MONDIALE POUR UN TOURISME RESPONSABLE
‐ Laurent Besson directeur Vision du monde : voyages solidaires en Serbie.
Enfin, la table ronde s’est achevée sur un autre film, celui de l’association de tourisme solidaire Vision du Monde, membre de l’ATES, qui propose des voyages solidaires dans plusieurs pays du monde dont la Bulgarie et la Serbie. C’est dans ce dernier pays que le film a été tourné pour montrer des touristes français découvrir la Serbie rurale grâce à des rencontres avec les populations locales. Comme le dit Laurent Besson, les touristes ne cherchent pas ici des paysages hors du commun mais la curiosité de découvrir un pays méconnu, par les rencontres avec les habitants.
17h10 : Présentation du Document d’Orientation Stratégique pour l’aide publique au développement de la France « Tourisme Responsable & Territoires » par Gilles Béville, chargé de mission au sein du pôle filières de croissance au Ministère des Affaires Etrangères et Européennes.
Gilles Béville, chargé de mission au sein du pôle filières de croissance au Ministère des Affaires Etrangères et Européennes, a ensuite pris la parole pour présenter le travail de la France sur la thématique du tourisme responsable. Il a largement précisé que cette activité était transversale et faisait donc intervenir plusieurs ministères, ce qui rend difficile les coopérations au Nord comme au Sud. Il a ensuite précisé le rôle de la France dans le groupe de travail international sur le tourisme durable (processus de Marrakech) qui deviendra prochainement un partenariat mondial. Puis, il a présenté le DOS (Document d’Orientation Stratégique pour l’aide publique au développement de la France « Tourisme Responsable & Territoires ») en précisant les différents objectifs majeurs d’appui de la France à l’international sur le thème du tourisme responsable. Ce document est téléchargeable en ligne.
17h30: Conclusion de la Coalition Internationale pour un Tourisme Responsable et des experts en Tourisme.
18h00: Clôture de la Journée Mondiale pour un Tourisme Responsable par les représentants de la Coalition pour un Tourisme Responsable et par Jean‐Claude Mairal Président de la Plateforme nationale « Coopération et Tourisme Responsable ».
Pour conclure cette 4ème édition de la Journée Mondiale pour un Tourisme Responsable, M. Jean‐Claude Mairal a remercié les organisateurs du choix de ce thème et de la destination mise à l’honneur en expliquant que les territoires ruraux auront un rôle majeur à jouer dans les années à venir. Il a finalisé son intervention en faisant un appel au Ministère des Affaires Etrangères ici présent pour s’approprier également cette Journée Mondiale à partir de l’année prochaine.

www.coalition-tourisme-responsable.org


***Conseil Régional IDF : Journée Mondiale pour un Tourisme Responsable* http://bit.ly/dpBLC6

Bien à vous,

Morgane BRAVO

mercredi 9 juin 2010

*L'UE ferme de manière anticipée la pêche au thon rouge...*

***La commissaire européenne à la pêche, Maria Damanaki, a annoncé que la pêche au thon rouge sera interdite en Méditerranée et dans l'Atlantique-Est à compter de ce mercredi minuit. L'interdiction, qui durera toute la saison de pêche actuelle, a été décidée en raison d'une forte diminution des stocks de cette espèce. La campagne officielle devait prendre fin le 15 juin. "L'interdiction de [cette] pêche est nécessaire pour protéger les stocks fragiles de thon rouge", a déclaré un porte-parole de la commissaire. La France, la Grèce et l'Espagne ont été informées.

Selon Greenpeace, cette interdiction ne concerne que les bateaux battant pavillon d'un pays de l'Union européenne. L'organisation écologiste, qui tente de gêner la pêche du thonidé en Méditerannée, a rappelé que 40 % des quotas étaient octroyés à des bateaux hors Union européenne. Par ailleurs, toujours selon Greenpeace, quatre bateaux français étaient toujours en discussion avec les instances communautaires, mercredi à la mi-journée, car ils n'avaient pas encore atteint leur quota pour la saison.

Le comité national des pêches maritimes (CNPMEM) accuse Greenpeace de mettre "en danger la vie des pêcheurs", après un incident opposant lundi l'ONG et des thoniers au large de Malte. Pour le CNPMEM, les méthodes de Greenpeace "compromettent volontairement une activité économique déjà très encadrée et contrôlée. Elles s'apparentent purement et simplement à de la piraterie".

L'organisation écologiste Sea Shepherd a annoncé dimanche qu'elle allait lancer en Méditerranée sa campagne contre la pêche illégale du thon rouge, rejoignant Greenpeace qui s'attaque à la pêche légale. Cette campagne aura pour nom l'opération "Blue rage" ("Colère bleue"), indique sa responsable pour la France, Lamya Essemlali.

LE MONDE
avec AFP et Reuters
09.06.10

Bien à vous,

Morgane BRAVO

mardi 8 juin 2010

*LES PIEDS SUR TERRE...*



***Dans ce nouveau numéro, Les Pieds sur Terre vous emmène à Saint-Philbert-de-Bouaine, en Vendée. Cette petite commune de 2500 habitants, est la première de France a avoir adopté le compostage collectif. C'était il y a huit ans, à l'initiative d'une poignée d'écolos, et aujourd'hui 250 familles participent au projet. Alors, le compostage collectif, comment ça marche ? Combien ça coûte ? Est-ce accessible à tout le monde, y compris en ville? Bref, le compostage collectif est-il la solution pour la réduction de nos déchets ménagers ? Réponses dans ce nouveau numéro des Pieds sur Terre.

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Obama Looking To Kick Ass...*



***President Obama tells NBC he's consulting with experts on the BP oil disaster to know "whose ass to kick. »

Bien à vus,

Morgane BRAVO

*Cabinet Meeting on BP Oil Spill*



Bien à vous,

Morgane BRAVO

lundi 7 juin 2010

*L'Innovation et la croissance verte sont inextricablement liées : OCDE*


***Vers la reprise :
innovation, emploi & croissance saine

A eu lieu le 26-27 mai 2010, au Centre de Conférences de l’OCDE, à Paris.

*L'équipe du Forum remercie le gouvernement de l'Italie, de la Corée et du Mexique pour sa généreuse contribution au Forum 2010.


L'innovation et la croissance verte sont inextricablement liées dans les stratégies proposées pour la reprise par les gouvernements, les organisations internationales, les entreprises, les syndicats et les autres parties prenantes à travers le monde. Afin de permettre à l'innovation et à la croissance verte de répondre à ces fortes attentes, des cadres réglementaires et des politiques pratiques et de soutien doivent être développés. Ceux-ci consisteront en un mélange de réglementations, de campagnes d'information, de soutien financier pour l’éducation, la recherche et le développement mais également de mesures incitatives comme des avantages fiscaux et/ou des amendes.

Pour développer le droit réglementaire et les mécanismes politiques, il est essentiel d’assurer une consultation avec le monde dynamique des affaires, les syndicats, la société civile et l’ensemble des experts afin d’être prêt à travailler ensemble pour relever ces défis.
Il est essentiel de tirer les leçons des meilleures pratiques existantes à travers le monde, mais aussi ne pas répéter les erreurs du passé.

Le Forum est une première occasion de mettre en place un débat en présence de tous les secteurs gouvernementaux et sociétaux qui sont impliqués dans la réalisation d’une reprise plus verte, plus intelligente et plus inclusive. La Réunion du Conseil au niveau des Ministres (RCM) de 2009 a lancé l'idée de croissance verte et les ministres discuteront de nouveau sur l’aspect que pourrait prendre le rapport final en 2011, c'est donc le moment pour les parties prenantes de donner leurs avis et d’alimenter le processus.



***Pourquoi venir au Forum de l’OCDE ?

L'événement incontournable du calendrier international
Le Forum est un sommet qui rassemble de multiples parties prenantes telles que des dirigeants d’entreprises et de syndicats, des personnalités de la société civile, des ministres et des responsables d’organisations internationales, pour débattre des grands enjeux du XXIe siècle.

Les orateurs du Forum sont généralement des ministres ou des chefs d’entreprises de haut niveau. Le Forum 2009 a réuni près de 1100 participants, venus de 100 pays.

Le Forum a eu lieu en conjonction avec le sommet annuel des ministres de l’OCDE qui a été présidé par l'Italie.


Le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría a déclaré : « L’OCDE a un grand rôle à jouer dans la mise en place d’un nouveau modèle de croissance... Le Forum de l’OCDE est l’occasion unique de débattre des principaux dossiers internationaux et d’influer sur les politiques. Pour nous, il est extrêmement précieux de pouvoir tirer parti des réflexions et des points de vue des représentants des syndicats, des entreprises, des experts, de la société civile, des médias, des pouvoirs publics et des autres organisations internationales lorsque nous élaborons ces nouvelles stratégies essentielles. »


***Prenez part au débat!:

Think Tank International : + de 3000 membres, HUB *21ème Siècle-'ECOLOGIE & INNOVATION': DEVELOPPEMENT DURABLE DU XXIe siècle! 2.0...*

http://ecologie-innovation-dd.ning.com

BIENVENUE, WELCOME, BIENVENIDO...!


Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Día Mundial del Medio Ambiente 2010*



Viernes 04 de Junio de 2010, Calakmul, Campeche.- Discurso del Presidente Felipe Calderón Hinojosa, en el evento con motivo de la celebración del Día Mundial del Medio Ambiente que se llevó a cabo en la Reserva Ecológica de Calakmul.

El 5 de junio, Día Mundial del Medio Ambiente decretado por la ONU en 1972 constituye desde entonces la celebración ambiental más importante, este año el lema oficial del PNUMA es "Muchas especies, un planeta, un futuro", el año pasado la sede mundial de la celebración fue México y este año será Ruanda, país seleccionado por su riqueza ambiental que incluye especies importantes como el gorila de montaña y por su vanguardista transición hacia una economía verde.

Gobierno Federal Presidencia México Felipe Calderón Hinojosa

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Plan d'action régional : Agriculture biologique...*


***Plan d'action régional concerté de développement de l'agriculture biologique (Parc Bio).

Avec le PARC Bio, la Région encourage la conversion des exploitations à l'agriculture biologique et le développement de la filière.

Objectifs de l'aide
Encourager les conversions à l'agriculture biologique et soutenir le développement de cette filière.

Bénéficiaires
Structures d'encadrement :
Chambres d'agriculture ;
Établissement régional de l'élevage ;
Groupement des agriculteurs biologiques (GAB) Île-de-France.

Conditions d’éligibilité

Les réseaux d'entreprises répondent aux critères suivants :
réseaux interentreprises :
cinq entreprises franciliennes de tout secteur d'activité centré sur des échanges de pratiques et de réflexions sur le court terme ;
organisation de cinq à huit réunions dans l'année ;
durée : 1 an.
réseaux régionaux d'entreprises pour l'emploi :
dix entreprises franciliennes de tout secteur d'activité autour de projets complexes à moyen ou long terme ;
durée maximale : 5 ans.

Nature et modalités d'intervention
Subvention régionale accordée sur la base des moyens humains mis en oeuvre par les différentes structures pour réaliser des d'actions d'information, d'animation, d'accompagnement à l'installation et à la conversion, de suivi technique et de formation, d'expérimentation et de transfert, d'études sur les débouchés et la commercialisation.
Rythme de subvention : annuel, sur un programme validé annuellement par l'État et la Région. La subvention régionale est accordée sur la base des moyens humains mis en ?uvre par les différents intervenants.

Cofinancement par l’État.

Démarches à entreprendre
Contacter :
GAB Île-de-France
chambre d'agriculture de Seine-et-Marne
chambre interdépartementale d'agriculture d'Île-de-France
Établissement régional de l'élevage.
Consulter le site www.bioiledefrance.fr

Contact
Groupement des Agriculteurs Biologiques (GAB) Ile-de-France
77, rue des frères Lumières - 77100 Meaux
Tél.: 01 60 24 71 84
Conseil régional - Unité Développement - service Filières, mutations économiques et solidarités
35, Bd des Invalides - 75007 Paris
Julien Aubrat: 01.53.85.60.65

Conseil régional d'Île-de-France

Bien à vous,

Morgane BRAVO

*Appels à projets : Recherche et Innovation 2010...*


**Appels à projets

Partenariats Institutions-Citoyens pour la Recherche et l'Innovation 2010.

Date de lancement
19 avril 2010
Date de clôture
21 juin 2010

Objectifs de l'appel
Promouvoir des programmes de recherche reposant sur une collaboration entre les laboratoires de recherche publics et les organisations de la société civile à but non lucratif. En favorisant la participation de la société civile à la production des connaissances, ce dispositif vise à renforcer les processus de démocratie en Île-de-France, ainsi qu’à diversifier les sources potentielles d’innovation sociale.

Conditions d'éligibilité
Pour tout Partenariats Institutions-Citoyens pour la Recherche et l'Innovation (PICRI) 2010:

Localisation en Île-de-France d’au moins un des deux types de partenaires
Intérêt sociétal du projet de recherche
Approche pluridisciplinaire du projet de recherche
Le projet doit porter sur un thème de recherche encore peu financé dans les universités et organismes de recherche.

Bénéficiaires :
Un groupe de partenaires comprenant au moins :

un laboratoire de recheche public et
une organisation issue de la société civile à but non lucratif.
Nature et modalités d'intervention
Les projets de PICRI retenus pourront bénéficier d’un financement maximum de 50.000 euros par an, sur une période de 1 à 3 ans, renouvelable jusqu’à un maximum de 5 ans. Ces crédits pourront couvrir des frais de fonctionnement, d'équipement et / ou de personnel (y compris des allocations de recherche doctorales et post-doctorales), hors salaires de personnels titulaires de la fonction publique. Les partenaires du PICRI sont encouragés à rechercher des sources de financement complémentaires pour l’accomplissement du programme.

Démarches à entreprendre
Ce dossier doit être adressé en 4 exemplaires papier, accompagnés d’une version sur CD-ROM ou DVD (texte au format RTF) strictement conforme à la version papier, à la Région Ile-de-France, au plus tard le 21 juin 2010, le cachet de la poste faisant foi. Aucun envoi par télécopie ou par messagerie électronique ne sera accepté.


Tout dossier incomplet ou parvenu après cette date sera exclu.

Contact
Pour tout renseignement, contacter

Franck ALARY au 01.53.85.60.62
Hélène MARECHAL au 01.53.85.60.56.

Conseil régional d'Île-de-France

Bien à vous,

Morgane BRAVO